Quand nos ombres nous portent…

imm020_19A (3)

 

 

Quand nos ombres nous portent…

leurs vols convergent inlassablement

vers de nouvelles (re)naissances

 

 

Ils écartent les bras

comme des oiseaux

que le ciel intimide

Genoux à terre

adossés au précipice

aucune lumière-source

juste le vide – un blanc

Seules leurs ombres

les prennent par la main

et les élèvent…

alors ils acceptent ce qui

jusqu’alors les effrayait

Ils fondent leur corps

dans le flou de ces contours

et laissent l’obscur les libérer

 

Un désir porté par le vent

qui avait tout embrassé

sur son passage les appelait

mais ils restaient sourds

Les galets des torrents

roulaient pour eux

des messages gravés

que leur cécité ignorait

alors les lignes étranges

avaient filé emportées

par le courant. Emportées

comme eux-mêmes seraient

absorbés par leurs ombres

 

Le chant appartient au vent

Les graphies sont lettres d’eau

Et l’homme est un rêve d’argile

dont la poussière des désirs blancs 

forme des constellations d’oiseaux

 

Carmen P. (Erin)

14 réflexions sur « Quand nos ombres nous portent… »

    • Ces ombres sont nos instants de pudeur, nos moments de tristesse, nos replis qui un jour osent revenir à la lumière. Il faut les traiter avec délicatesse.

  1. Bonsoir Carmen
    Nos ombres qui se forment inlassablement et qui ne nous quittent plus, étant plus ou moins cachées dans les replis de nos mémoires, sources de rejaillissement pour les uns, tarissements et dessèchement de l’argile pour les autres, le choix de l’eau fera la différence, à l’incantation qui seras faite pour s’envoler vers la lumière.
    Merveilleux texte, ciselé en profondeur
    Je te remercie d’être passée
    Je t’embrasse et te souhaite une douce nuit
    Le Nctamplume

  2. Bonsoir Carmen,

    Les ombres reflètent quelque chose de chacun d’entre nous. Elles sont le miroir de nos émotions et nous projettent parfois vers un passé. J’aime ces ombres qui viennent se glisser dans tes mots dont le reflet qu’elles nous renvoient. Gros bisous et douce soirée. Corinne.

    • Bonsoir Corinne. Les ombres nous accompagnent tous. Parfois nous tentons de les fuir alors qu’il vaut mieux leur faire face. J’espère poster bientôt de nouveaux textes.
      Bonne fin de semaine, Corinne.

    • Pour la photo je vais transmettre à mon mari. C’est lui qui photographie, pendant que moi j’emmagasine les impressions avant de les retranscrire, plus tard, en mots.
      Merci Errances.

  3. Coucou Carmen!!!
    Je te remercie d’avoir déposé ta si jolie poésie dans ma communauté!!!
    J’ai invité tous les anciens de ma communauté de poésie de overblog et aucun ne m’a répondu. Je crois que je vais les laisser dans l’ombre et m’en aller tout doucement, je pense qu’ils ne vont même pas s’en rendre compte!!! Ainsi va ce monde virtuel, ça va ça vient, c’est fait de tout petits riens, j’en garderai juste le souvenir!!!
    Bisous Carmen, j’aime ta poésie!!!
    Domi.

    • Je crois que la photo apparaît bien grande sur la page de la communauté !
      J’essaie moi-même de garder des contacts avec les auteurs dont j’ai aimé la plume sur overblog, même si je ne suis pas une blogueuse assidue… je n’aime pas « oublier » les personnes pour qui j’éprouve de l’intérêt (ou réciproquement) Alors de temps en temps j’envoie un signe 🙂
      Je devais aller à Quai de Bulles dimanche, mais ce sera le seul jour de répit de ces deux semaines d’exposition… il vaudra mieux que je me promène plutôt que d’être confrontée à la foule qu’il y a toujours à ce salon.
      Bon week-end dimdamdom.
      Erin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *