mère — terre — glace

univers_pub_05.jpg

 

 

mère — terre — glace

 

 

 

elle est Igloo tapissée de neige fondue

elle est maison et ferme son vestibule

elle est tanière pour qui ignore

les pierres déposées sur les braises

chaudes et son corps supplie au centre

d’une vaste nuit, supplie de croire

qu’elle est lumière sous le boisseau

 

elle voulait juste protéger les siens des intempéries

elle voulait juste être matrice par sa demeure

mais ils  suffoquaient—par manque d’air

et quand une dernière contraction

 les a propulsés hors d’elle….la lumière
les a saisis

 

l’amour ne se substitue pas au soleil

les continents dérivent dans la tiédeur  des eaux

la déraison fond d’innocence

sous l’embûche des saisons

et la partie hier immergée de l’iceberg

chante sa lamantine détresse

 

 

.

7 réflexions sur « mère — terre — glace »

  1. ça fait penser à un immense appel vers la liberté où toute tentative de retenue, si maternelle, si amoureuse soit-elle, ne résiste pas à la force de la vie et de toutes créations, avançant
    irrémédiablement vers leurs destinées.

    Bisous et douce nuit
    Amitié
    Le Noctamplume

Répondre à Nathanaël Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *