Arc-en-ciel (ses couleurs sont essence de l’âme des fleurs)

 

 

http://tisanedethym.fr/wp-content/uploads/2013/06/dam210.jpg

 

Kanevedenn

 

 

 

Les jardins dorment sans fleurs

quand au ciel elles se recueillent

Envolée de sept couleurs

– éclats diaphanes et pulpe corail –

la voix frêle de mes sœurs

fixe le songe digital

sur l’arc en voûte d’Ô

 

L’âme rouge

en corolles de sang

– clématites et coquelicots –

s’abreuve des passions

puisées au calice des Hommes

 

Orange bi-sphère

fécond des soucis… des pavots

où se fond

la pépite convoitée

Pourtant les flammes fugaces fuient…

Eux

deviennent équilibristes

bien au delà des racines

du métissage universel

 

Joie…des jonquilles…des crocus

vibrant aux premiers rayons

Du parterre un chant profond

réveille les primevères

appelle les effluves capiteux des ajoncs

 

Sérénité du vert

au parfum de muguet

nourri de toutes les herbes

secrètes et guérisseuses

Une pierre de béryl se pose

sur la région des pleurs

 

Bleues

non pas celles de Queneau

encore moins les artifices de l’eau cyan

où de l’azur ébloui

Alors Bleues

les campanules berçant leurs cloches

Alliées à la délicatesse du bleuet

elles vivent à l’interlude des horizons

Leur encre florale ombre

au passage la neige du ciel

 

Rêve indigo

Échappées de charmes iris

les cornettes du liseron en quadrille

tressent une osmose volubile

où l’azur insensé s’abandonne

 

En violet se drape l’Eden

avec la fragile violette

et la pensée éclatante

Mais jamais

Ô jamais

n’offriront leurs larmes

au repli des éclosions

même si meurt le soleil

 

Les jardins jettent leurs graines…

D’un ricochet habile elles atteignent

le solaire oui

les étoiles peut-être

Surtout… la courbe d’un infini

qui s’effeuille

en nuances célestes

 

 

Carmen P. Juillet 2011 – écriture en duo avec Sophie V. –

– le tableau qui illustre le poème est de Dam – 

 

3 réflexions sur « Arc-en-ciel (ses couleurs sont essence de l’âme des fleurs) »

  1. Dans la courbe infinie de mes rêves insensés
    L’osmose des couleurs à fait naître une fleur
    Des pastels et carmins, elle n’en a pas assez
    Elle ajoute du noir pour tous les désespoirs
    Le soleil et la lune, deux compères associés
    Viennent produire tous deux un peu d’humidité
    Arquant dans tout le ciel des couleurs argentées
    Ce clin d’œil à nos fleurs pour les ressusciter
    Leur donner leurs couleurs qu’elles ont bien méritées
    Le poète averti ne sans laisse pas compter
    Puise le nectar divin de la douce pensée
    Et le miel de ses mots redonne aux oppressés
    Cette note d’espoir confiée aux idées noires
    Toutes ces fleurs charmantes ainsi recomposées
    Se forment en bouquet pour nous récompenser.

    Merci Carmen et Sophie de m’avoir donné cette inspiration
    Le Noctamplume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *