Les pages d’eau

 

Les empreintes se libèrent

des livres d’eau – les feuilles

détrempées laissent glisser

les caractères liquéfiés.

Le dégel rebondit le long

de toutes les fibres sources.

Au ralenti, son frémissement

éveille l’esprit accoucheur d’ âmes.

Pensée par sa tâche, l’humanité

décrypte les poinçons de la nature

au compte-gouttes des saisons

jour après jour

sans présomption de merveilles.

 

.

Carmen P.

photo : Malin Lundgren

12 réflexions au sujet de « Les pages d’eau »

    • Merci, Aloysia. Parfois je pense que les mots ne viendront plus se déposer… La poésie est si fulgurante et si lente en même temps, elle a quelques lecteurs – ici ou là – mais elle est si légère, elle ne se laisse entendre que le temps d’une lecture et s’évanouit dans l’inconscient (comme un rêve, partagé) Concrètement un travail d’écriture ou de roman serait plus satisfaisant (mais ce genre d’écriture serait contrainte pour moi – alors que le poème est un papillon que je tente de saisir pour mieux le relâcher ensuite)

    • Je suis bien d’accord avec toi, Pimprenelle.
      Restons amis avec cette nature… et souhaitons cette même amitié pour nos enfants durant bien des générations après nous.

  1. Je viens, entre deux rideaux, d’emplir mon regard de paix, après m’être assise près des vieux parents, rêvant ensemble de l’étoile du berger, ai dit à la coccinelle d’attendre un peu et, surtout, de prêter ses ailes, pour retrouver enfin cette page d’oh ….!

    J’ai tout lu, tout bu, me suis vêtue de tout ………..

    Ton inspiration est bouleversante et tes mots merveilleux, MERCI !

    Châle-heureuse-aimant : sabine

    • Ah, cette eau qui nous désaltère !

      Je ne sais de quelle nature est l’inspiration, je la suis sur les voies qu’elle ouvre (et elles sont surprenantes).

      Merci d’être venue, Sabine.

  2. Magie de la nature à qui sait lui ouvrir son coeur.
    Très beau ce que tu écris Carmen. une émotion émouvante très appréciée en ce début de journée
    Merci
    bises

    • La nature, dans sa simplicité… qui nous accueille là où on est, à l’instant même, comme on est… et c’est très bien. Rien de sensationnel, mais que demander de plus !

  3. L’eau promesse de vie ,sève et beauté de la nature.Dégel des mots,messagers d’espérance pour l’humanité ,aux lendemains incertains..Chaque mot de ce poème est un symbole à décrypter..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *