L’oiseleuse

.
Un jour, femme secoue son tablier
.
Elle se libère, l’oiseleuse !
et ces miettes que la musique disperse
deviennent manne pour tous les piafs
qu’elle avait tant de fois contournés
dans les replis de ses pensées jupées
.
Ils s’ébruitent en cotillons ailés
et l’univers les duplique à l’infini
ces mots bleus qui l’ensorcellent !

.
C. P.
illustration : Andrey Remnev

4 réflexions au sujet de « L’oiseleuse »

    • Oui, Aloysia, tout est parti de ce tableau. J’avais vu un tableau de ce peintre, j’en ai recherché d’autres, quelques-uns me parlent beaucoup… j’aime bien cet aspect de « répétition », ici doublé d’un côté « intimiste ».

    • Tu reconnais mes « fantaisies », rivagedazur !
      Je parviens à les glisser… c’est une sorte de liberté, que je m’accorde.
      Les oiseaux sont souvent présents dans ma poésie.
      Le titre de mon deuxième recueil était : L’oiseau ivre de vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *