La corde a sauté

J’ai cassé ma corde à sauter
et l’espace sous mes semelles
ne se heurte plus au sol
sur lequel je reprenais prise.

Je cabriole entre nuages
Je bondis d’une couleur de l’arc
à une autre valeur en ciel.

Il y a toujours une lumière
insoumise à la pesanteur
qui sautille comme une fillette
à l’intérieur de nos maquis
en jachère d’espérance.

.
C.P.

illustration :

9 réflexions sur « La corde a sauté »

  1. L’écriture a ceci de mystérieux qu’elle parle.Mais parfois ce qu’on écrit est trop court par rapport à ce que l’on voudrait encore exprimer..Quand la phrase s’achève, que de choses sont restées au-dehors !
    L’enfance , l’age des secrets ,des reves et surtout de l’espoir..C’est ce qu’il y a dans nos cœurs qui donne à nos vies leur qualité..C’est la magie de l’innocence..
    Sublime cette phrase: “en jachère d’esperance””…
    Un poème qui s’élève trés haut..

    • Merci Rivagedazur. Heureuse que tu sois sensible à ce poème ! L’écriture, surtout la poésie, ne livre que des bribes de sensations, elle puise, ici, dans la boîte à musique de l’enfance, un petit air – à l’origine sautillant (j’aime bien retourner en ce lieu de temps en temps), elle regarde ce qu’est devenue la musique. Résonne-t-elle encore ? Comment ?

      • On a l’âge de son coeur. .L’enfance n’est heureuse que parce que, oubliant le passé, n’ayant aucune idée de l’avenir, elle voltige continuellement dans l’étroit sentier du présent, et dit : je vis.” La musique est infinie. Elle est le langage de l’âme..C’est pourquoi elle résonne et résonnera toujours..

  2. J’avais lu ton texte mais n’était pas venu le commenter, j’aime bien l’image de la corde à sauter qui vagabonde au ciel. On a l’impression que de savoir bien sauter on va pouvoir toucher le ciel.
    La fin m’interpelle aussi, car le maquis c’est un sol pauvre ou pousse des arbustes piquant parfois, voire rabougris, la jachère il n’y a plus grand chose dessus, mais la tienne est pleine d’espérance…

    A bientôt
    EvaJoe

    • J’avance par association d’images, EvaJoe… puis je laisse les choses s’articuler et ouvrir d’autres mécanismes. (:), pas très “poétique” ma réponse).
      Merci pour ton passage, EvaJoe.

Répondre à rivagedazur Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *