Le toi des soupirs

12.jpg

 

 

Le toi des soupirs

 

La tristesse s’emmène sur le pont

si triste elle tombe

et larmes se noient

dans l’onde qui les dispersent

en chevelure – Belle Ophélie !

 

Dites-moi comment cueillir la peine

la cueillir sans la défroisser

l’apprivoiser dans la folie

la flatter dans ses caprices

la suivre dans l’instabilité des jour

 

Avec ou sans espoir

la regarder passer

 

à tes côtés

 

j’ai le soupir comme une fleur

près de ta jugulaire il s’endort

 

J’ai  une fleur au cœur-bouton

elle s’ouvre et s’en-bulle vole

L’ange a un doute de  velours

ses ailes déplissent les étoiles

 

3 réflexions sur « Le toi des soupirs »

  1. ils sont divins ces soupirs poétiques…ils ont la douceur et la beauté d’une fleur…lire n’en est que du bonheur…et ne pas laisser filer seul le soupir…pour garder un peu de plaisir..;de le
    regarder à l’onde de la vie
    bonne journée
    gros bisous
    claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.