L’oeil de l’ange

sitraEVE902766_310539_ange-baroque.jpg

 

 

Voici le début d’une nouvelle que j’ai reprise hier. Le texte, est écrit depuis un an, je l’ai laissé dormir….

Que le travail de relecture est exigeant quand on modifie de longs passages !

Je vous livre le travail d’hier (mais il se peut que je l’améliore encore)

 

 

 

L’œil de l’ange

 

 

La matinée avait été calme pour Estelle et ses amis peintres. Ils avaient élu résidence, le temps d’un week-end, dans le jardin du poète à
Omonville la Petite.

Chacun avait trouvé sa place, celui-ci à l’ombre d’un prunus, celui-là sous un parasol, quelques uns s’étaient offerts le luxe d’un barnum où
desserte et boissons fraîches avoisinaient chevalets et couteaux à peindre. Le soleil, qui s’était montré si timide durant  tout l’été, tentait une
sortie, inespérée, en ce début de mois de septembre. Un accord parfait s’installait entre la  poésie des lieux  et les artistes, fin prêts à recevoir les visiteurs, même s’ils se laissaient désirer…

Avant la pause repas, seuls les organisateurs de cette manifestation étaient venus encourager les peintres du site. Ces bénévoles de la
bibliothèque intercommunale proposaient aux amoureux de la nature et des arts une balade poétique entre Omonville et St Germain des Vaux. Ils avaient prévu tout un parcours jalonné de
démonstrations de peinture in situ  et entrecoupé de moments de lecture des poèmes de Jacques Prévert. Pour l’occasion, la maison-Musée était fermée.
Mus’Art Diz, l’évènement ainsi nommé,  se donnait pour mission  de rendre vivants les  mots du poète et de les fondre dans  l’univers coloré des artistes présents. Jacques, d’après ce qu’on dit, était
sensible à la peinture – son amitié avec Picasso en témoignait

Bastien, le plus jeune des artistes, un blondinet aux allures de gavroche avait planté son chevalet non loin du portail. D’où il était, il
pouvait observer des gallinacés qui déambulaient en liberté  sur la chaussée. Le coq   perché sur la
pente d’un fossé était l’objet de toute son attention, il effaça plusieurs fois à l’aide d’un chiffon imprégné d’essence de térébenthine ses couleurs qu’il ne trouvait pas assez fidèles
au  flamboiement du plumage. Marine, quant à elle, aimait les ambiances florales. Les massifs d’hibiscus, les hortensias, les plantations au pied des
arbres où le jaune des soucis se mêlait au fuchsia des balsamines trouvaient dans ses pastels matière à rivaliser avec la nature. Estelle, on se demandait si elle peignait ou si elle rêvait, car
son regard ne se détournait pas de la fenêtre du premier étage de la maison. Espérait-elle apercevoir Prévert lui adressant un petit signe d’amitié depuis la fenêtre de son salon-atelier ?
Elle peignait pourtant, sans donner l’impression de regarder sa toile, elle savait d’instinct où trouver les couleurs qu’elle avait ordonnées sur sa palette !

 Un couple s’était fait remarquer en arrivant car ils n’admettaient pas que la maison,
habituellement ouverte aux visites, leur soit interdite pour cause de manifestation artistique. « Vous comprenez, dirent–ils, espérant qu’on leur accorde un passe-droit, c’était
le  clou de notre séjour en Normandie, nous nous réservions ce plaisir pour le dernier jour de nos vacances ! » Quand ils regardèrent la
toile d’Estelle et y découvrirent l’ange qu’elle avait peint, leur indignation trouva une nouvelle raison de se manifester. Un ange — oui — qui du salon semblait regarder vers le parc, et le
jardin prenait couleur à partir de ce regard ! « Un ange sexué planant au plafond de la maison de Prévert, s’exclamèrent-ils ! Est-ce de la provocation  à l’égard de la
mémoire du poète qui, comme tout le monde le sait, était un  iconoclaste notoire ? Ce ne pouvait être que pure imagination ! »

 

« Ma perspective vous étonne à ce point ? répondit Estelle avec complaisance. J’ai voulu peindre le décor en faisant passer le point
de vue par le regard de l’ange.

Quand vous visiterez la maison — car vous reviendrez n’est-ce pas ? — vous verrez cet ange en bois polychrome suspendu à  sa poutre, de là, il veille sur la paix studieuse du salon.

Sa présence peut paraître étrange, mais les chemins de la réceptivité passent par l’acceptation de la présence insolite d’un objet, quel qu’il
soit et où qu’il soit.

L’ange dans cette maison détone, il rompt quelque chose, il dérange, quand on sait les prises de positions anticléricales du poète. Voyez-le
comme un clin d’œil malicieux à la vie, aux idées des hommes… comme un paradoxe. Mettez cet ange dans une chapelle ou imaginez-le en figure de proue, il devient banal, mais là ; c’est de
l’Art, du Grand Art !

Ce n’est pas le putto qui est important, mais sa symbolique. Si vous enlevez l’ange, il aura toujours sa place dans l’espace où il était
auparavant, il ne la quittera plus. Vous lui avez accordé le droit d’être, il ne l’oubliera jamais, que ce soit dans la clarté du jour ou dans l’obscurité. Et sur ma toile ce sera pareil. Vous
avez remarqué cet ange, mais je vais le recouvrir de peinture, il sera toujours là, on devinera juste sa présence. C’est lui qui m’a permis de construire le tableau, mais il s’effacera et son
absence deviendra espace de liberté. Une absence, comme un silence dans un environnement bruyant, comme un vide dans la profusion des choses, un vide qui accrochera le regard, provoquera la
question, je l’espère.

Bon, je vais cesser de débloquer à plein au sujet de cet être « ange » !

Avez-vous remarqué combien cette petite route de campagne, devant la maison,  est étonnante ?
Voyez cet âne qui passe sans être accompagné ! » 

Ses interlocuteurs eurent à peine le temps de se retourner que l’âne s’était déjà envolé et qu’on entendit braire un coq.

 

C’est Pré Vert ici, et langue de poète ; rien ne doit surprendre…

7 réflexions sur « L’oeil de l’ange »

  1. Magnifique ! Une atmosphère à mi-chemin entre le fantastique et le réel d’une journée campagnarde. Le vide laissé par l’ange est très présent et j’adore l’âne qui s’envole et le coq qui braie.
    C’est savoureux, Carmen.

  2. un grand plaisir de lire ton début de nouvelle Carmen
    un jour aussi je dépasserai surement ce cap là d’écrire que de la poésie
    en tout cas bravo j’ai aimé te lire
    bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.