Dans l’arc d’un regard de caryatide

 

Dans l’arc d’un regard de caryatide, tel est le titre du recueil de poésie que je vous propose à la lecture.

Ces poèmes je les ai pensés comme un hommage à Francesca Woodman, jeune photographe américaine dont les clichés ne cessent d’interpeler un nombre toujours plus grand de personnes.

Elle est partie trop tôt, à vingt-deux ans, au royaume des anges, mais son oeuvre était là qu’il nous restait à découvrir. Ce fut pour moi un émerveillement poétique que d’entrer dans son univers.

Les photos d’un côté, ma plume de l’autre, ainsi s’est construit le dialogue entre la photographie et la poésie. J’ai tenté de restituer la dynamique de l’élan créatif qui a animé la jeune femme. Cet élan, tout artiste le  porte en lui. En fait,  il anime la vie de chacun de nous, même si nos créations sont modestes – elles ont leur  importance car elles  manifestent, à l’extérieur de nous nos visions intérieures.

Au moment de publier le livre il a fallu que j’abandonne les photographies de Francesca (pour une raison de droits). Comment publier un livre qui parle de photographies sans qu’y figure aucune photo. C’était impensable ! J’ai cherché parmi mes clichés et j’ai choisi des images qui n’ont certes rien à voir avec le côté mystérieux, parfois  provocant, des photos de l’artiste (il n’était pas question que je me montre dévêtue), mais qui interrogent du regard, jouent avec le reflet d’ un miroir, ou montrent des architectures de l’ombre séculaire desquelles pourraient surgir des gardiennes de l’art.

Carmen Pennarun

Le livre compte 152 pages et 30 photographies en noir et blanc.

Son prix : 18 €  (+ frais de port : 3€52)

[ me contacter par mail : carmen.pennarun@wanadoo.fr ]

 

.

6 réflexions sur « Dans l’arc d’un regard de caryatide »

  1. Je n’ai bien sûr pas pu encore le lire, mais je n’ai pu m’empêcher de le feuilleter, tant j’ai trouvé superbe la mise en page et les photos que tu as choisies.
    C’est vraiment un bien joli recueil. Et si tes photos sont loin de celles de Francesca, on y retrouve quand même quelque chose, une ambiance très poétique, comme une attente…c’est vraiment de la belle ouvrage.
    Merci Carmen !

    • Merci, Ariane, pour tes impressions sur l’objet livre. J’aime les choses bien faites, c’est pour cela que je suis heureuse de me faire aider par une éditrice et sa graphiste. Tu as peut-être lu dans mon regard une attente de poésie (c’est la seule chose qui me manquait, mais je l’ignorais). J’espère que l’enchaînement des poèmes guidera ta lecture jusqu’à la fin du recueil avec bonheur.

  2. Merci, Carmen pour toutes ces explications. Les photos que tu as choisies sont magnifiques, elles évoquent bien l’artiste qui t’a inspirée, et s’allient à merveille avec tes textes qui sont toujours aussi forts et profonds.

    • Parfois je me dis, Mâyâlîlâ, que le monde a besoin de davantage de légèreté, mais le désir d’écrire ne vient, chez moi, que pour exprimer les sentiments enfouis au plus profond. Merci de me lire, Mâyâlîlâ !

  3. Jaime ta présentation. Je n’ai pas le livre et je n’ai pas vu les photos donc, je ne pourrai rien en dire. Mais je sais que tu as le talent pour faire vivre une photo et nous la faire vivre.
    Bonne journée Carmen

    • Merci Pimprenelle d’avoir pris le temps d’écrire quelques mots. Le chemin des blogs est toujours difficile pour moi en ce moment… mais j’y retournerai !

Répondre à Ariane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *