Funambule

11140021_973635916010182_496636845870104656_n

 

Puisque je suis là…
la vie travaille pour moi
moi qui n’aie que mon corps
corps et âme unis
unifiés en confiance
fiancés aux deux voeux
deux voeux nus : déploiement

Etre ici et maintenant et juste après
comme la marche du bipède
Lancer l’en rouage des actes
tendus sur un fil d’amour

.

Carmen P.

16 réflexions au sujet de « Funambule »

  1. Ne marchons nous pas parfois comme un funambule. Une sensation déjà éprouvée Le fil d’amour est un fil qui se rompt parfois, mais ceux qui ont réussis à le remettre d’aplomb y croit davantage et avance sagement.

    Amitiés

    EvaJoe

    • Beaucoup l’éprouvent… l’équilibre est d’abord affaire de mental, quant à l’amour, il y a tant de façons de le témoigner, de le faire vivre, que je pense qu’il ne peut se rompre (je parle de l’amour en général, pas de l’amour au sein du couple)
      Amitiés vers toi aussi !

      Erin

  2. Bonjour Carmen,
    J’aime beaucoup ce poème, sans doute parce que nous marchons tous sans le savoir sur le fil invisible de l’amour; il n’y a que la confiance dans l’ici et maintenant qui nous aide à avancer !
    Amitiés

    Blanche

    • Oui, Blanche et ce sont toujours les mêmes thèmes que je dis, de façon différente, dans chaque poème ! (enfin, tant que les lecteurs ne se lassent pas… pourtant, au moment de l’écriture, je crois avoir quelque chose de nouveau à exprimer !)
      Amitiés.
      Erin

  3. Que j’aime la fluidité, la …porosité qui émanent de ce poème !

    Faire éclore tout ce qu’il y a de beau en nous, avec une patience mêlée de féerie, tel le jardinier amoureux, puis ….voir en nous un autre monde s’ouvrir et ne plus avoir peur de voler haut dans les airs, de marcher sur des pics, en un mot …de VIVRE !

    Je dépose sur ton fil quelques étoiles et un sourire : sabine.

  4. Bonsoir Carmen,

    Nous sommes des funambules en marchant sur un fil. Certains marchent en équilibre toute leur vie et d’autres basculent, plus vulnérables ayant du mal à retrouver leur chemin et leurs repères. Le cable reste fragile mais il nous faut avancer. J’aime beaucoup ce poème. Bisous. Corinne

    • Oui, nous sommes des funambules, croyant dur comme fer aux lois physiques, alors que tant d’autres lois sont à l’oeuvre et que nous ignorons. Nous conctruisons notre route, dans la fragilité des accords du moment et dans l’ignorance des pas suivants.

    • Bonjour, Thomas. En général je le mentionne. Si je ne l’ai pas fait c’est que là où je l’ai trouvée il n’était pas fait mention du nom de l’auteur de l’illustration. Si je le découvre, un jour, par hasard, je viendrai compléter la publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *