L’été en robe légère

L’été est une saison trompeuse
où fleurissent les robes légères
les regards changent de trajectoire
les véhicules oublient leur destination
ils s’offrent un p’tit tour supplémentaire
La vue troublée escorte la pensée,
poursuit chimère, ne tourne pas rond.
 
Il y a erreur sur la personne
la beauté depuis longtemps
s’est envolée, elle demeure
dans le sillage de cotonnade
derrière lui, alors que vie fuse
vers l’avant et que tangue le témoin
dans la lumière à contre-jour.
 
Cette femme n’engrange les soleils
qu’au fond d’elle-même , elle déploie
ses pages en dedans et garde son livre
fermé comme un jardin des floraisons
que seule l’ invisibilité consacre.
 
Ces regards, elle ne les voit pas
Ses fils et leur père les saisissent pour elle
qui ne vit qu’une robe à la fois
dans l’éphémère de la saison
d’ailleurs
ce n’est pas une robe d’été qu’elle porte
c’est le poids léger de l’amour
dont elle éprouve toute l’amplitude.
 
Si la robe crée la féminité elle peut l’abandonner
aux vents, aux oiseaux, au parterre champêtre, aux rêves
tandis qu’elle traversera nue l’espace amoureusement
bleu de ses lands de celtitude à l’ombre des monolithes
que sont les pierres d’ancrage de sa famille
 
.
Carmen P.

6 réflexions au sujet de « L’été en robe légère »

    • Il m’arrive d’ aborder ce sujet, puisque, hélas, ma mère souffre de cette terrible maladie…. mais là, non ! Il est juste question de féminité, de regards, de tendresse. Merci pour ton passag sur ces mots, Pimprenelle.

  1. robe légère ,brodée,
    de fleurs et de roses parfumées, tissée de sentiments en fils d’or.,d’affection et d’amour…qui règnent sur un temps d’été… saison des retrouvailles…et du retour au bercail..

    Fragrances d’émotions que la poésie enveloppe dans une superbe robe poétique de tendresse ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *