La tristesse des anges

1524754_573887076023962_26641856_n

 

La tristesse des anges

 

Comme une maladie

l’étrange estampille

le bâti de la vie

— un colosse branlant —

Son effigie de brume

habille nos certitudes

d’une latence ouatée

Définir sa couleur

transcrire son parfum

serait trahir sa valeur

qui n’est autre que distance

prise sur le glacis

de l’ennui – sur nos lames

de tristesse. La promesse

salvatrice d’un trésor

enfoui dans nos abysses

et que l’agitation

renfloue

révèlant ainsi

son opposé — le calme —

en contre-jour d’absences

 

On ne reconnaît plus  la réalité

dont les voies s’égarent si loin des terres promises 

 

Carmen P. (Erin)

8 réflexions sur « La tristesse des anges »

    • C’est ainsi qu’on se rapproche d’eux. On peut leur tendre la main car souvent ils souffrent tant en s’approchant de nos vibrations terrestres, si basses.

      Bonne Année, Louv’.

  1. Bonsoir Carmen

    Une réalité qui peine à se faire distinguer tellement la brume des fausses certitudes est latente en l’esprit humain et encore plus de nos jours où la superficialité et le matérialisme deviennent valeur et vertu, alors les anges seront tristes encore bien longtemps…
    J’espère que tu as passé un bon Noël, nous ça a été speed, on ne l’a pas fêté, on a déménagé une amie vers la Belgique où elle a trouvé un travail, ça nous a pris trois jours et ce pendant Noël.
    On était invités par une de mes sœurs dans les Vosges où elle a loué un chalet pour rassembler la famille pour cette circonstance, mais on a décliné l’invitation, le déménagement était vital pour notre amie.
    Je te remercie d’être passée, tes vœux nous ont fait plaisir.
    Bisous de moi et de Monique
    Douce nuit
    Le Noctamplume

    • Bonjour Alain,
      Les consciences peuvent s’éveiller d’un coup. Le matérialisme n’est pas la solution, on finira bien par le comprendre !
      Ton amie a de la chance d’avoir des amis comme vous. Ainsi vous avez contribué à faire en sorte que l’installation de votre amie se fasse au mieux. Une mise sur rail dans la vie pour un nouveau départ.

      À bientôt, Alain, au fil des poèmes.

  2. Bonjour et merci d’être passée chez moi.
    J’adore la poésie bien que ne la pratiquant pas (je n’ai pas assez de talent) et adorant le français bien écrit. Je vois que c’est le cas ici, alors je reviendrai.
    Meilleurs voeux pour cette année qui débute et propageons l’amitié entre blogueurs.

    • Je n’ai pas de talent non plus, mais la nécessité d’écrire me pousse (et cela je ne l’ai pas choisi).
      Tu peux revenir quand tu veux, Clara. Le lieu est calme…
      Bonne Année, Clara.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *