Comme son corps — le monde

IMG_3967---Copie.JPG

 

 

Comme son corps — le monde

 

 

Elle se cache — se dissimule

puis disparaît — à moins qu’elle tombe

elle se relève… elle essaie de rester debout

maintenant une part d’elle s’éclipse

alors qu’elle tente de rassembler son corps

éparpillé en sharpnels

 

Son corps

plus tard elle en fera le tour

elle sait qu’il lui faudra dresser l’inventaire

tout passe par les sens et la vie s’efface

si on  ne les affûte pas

la peau – les articulations -les veines – les nerfs

tout ce qui réagit – vibre – pulse et se vrille

doit se détendre un jour

 

Elle s’est vue cette nuit

il était là alors qu’elle enlevait ses vêtements

son corps était mûr pour ce regard

sa pudeur pourtant ralentissait ses gestes

alors ses yeux d’aimant l’ont ignorée

il la savait belle /elle en doutait

comme un feuillu qui se dépouille

elle est allée au bout de son désir

et a accepté de se montrer nue

 

Au matin  ses yeux et ses pas enfin accordés 

ont donné raison à son  corps

et le monde s’est reconnu il  ne s’est pas couché

car pour tout homme tombé c’est un monde qui s’écroule

 

 

 

.

 

(croquis rapide d’atelier – Carmen P. – mai 2012)

8 réflexions sur « Comme son corps — le monde »

  1. Chère Carmen
    Tu me subjugues par la beauté pudique de tes mots, interprétant l’esquisse métaphorique d’une alchimie subtile révélant les arcanes de la jouissance des nus et des sens sur une toile partagée de
    beauté de grâce et de rondeur assujettis à la toute puissance du monde.
    Merci au nom de la communauté
    Je t’embrasse et te souhaite un bon week-end
    Amitié
    Le Noctamplume

  2. La rondeur de ce corps nous renvoie au monde, à la terre ronde.

    Comme tu as bien su nous redonner cela au travers de tes mots. Quelle force et à la fois pudeur dans chacun de tes mots.

    Gros Bisous d’EvaJoe

  3. J’ai relu ton texte et la dernière phrase je la trouve forte et très vraie:

    Car pour tout homme tombé c’est le monde qui s’écroule.

    Belle soirée et bisous d’EvaJoe

  4. Un texte qui sied très bien à ton croquis… Impressionnant par cette étude si précise… Se montrer nu(e) n’est pas chose aisée ! J’ai fréquenté un atelier de peintre il y a des lustres, et je me
    souviens du regard des modèles…
    Bises Carmen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.