De terre et d’oubli

 

 

IMG 3425

 

 

De terre et d’oubli

 

 

le manège des siècles
tourné par dizaines
a effrité l’argile
de l’armée enterrée

 

sous le tumulus amendé
du fond de l’opacité sans âge
des milliers de soldats
veillaient sur le sommeil
éternel de leur empereur
tandis que pleuraient
les âmes des concubines
sacrifiées à  l’inépuisable
folie
des grandeurs destructrices

 

les sculptures doucement
à la terre retombaient
quand puissantce magma d’art brut

a éventré la montagne
– temple de l’armée dormante –

 

l’homme s’agenouille
et œuvre à la reconstruction du passé
il se glisse dans l’élan créateur
le ravive – l’offre aux regards –

 

et passe le souffle de l’Histoire
dans le grand corps de l’humanité

 

inaudibles
se libèrent les plaintes
des épouses oubliées

 

9 réflexions sur « De terre et d’oubli »

  1. Bonsoir Carmen,

    Ton poème est très beau nous révélant les sculptures d’antan en nous faisant revivre les sacrifices inoubliables d’un regard de folie. Bisous et douce soirée. Corinne.

  2. Bonjour Carmen,
    Mettre de jolis mots sur de l’art, cette sculpture, c’est un exercice difficile ! Mais tu as l’art et la manière de transcrire les mots, alors, ils coulent de ta plume pour notre plus grand
    bonheur.
    belle soirée Carmen.
    Justine

  3. Bonsoir Carmen

    Exercice de haute voltige que tu as écrit ici, car ce fragment de photos t’as vraiment inspiré. Chapeau, je ne pense pas arriver à faire cela surtout sur ce genre de photos. Même si il m’arrive
    parfois d’écrire d’après une photo, jamais je ne me suis engagée sur des photos du passé.

    Belle nuit et bisous d’EvaJoe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.