Effervescence

.
Comme un soupirant
mûri d’impatience
le vent presse nuages
jusqu’à ce que le ciel
inflige une voie
par où l’eau rage
du plus haut
et retourne
au plus aride du sol

Une main d’infortune
brandit le sabre
qui décapite les épis
ne laissant du blé
que les tiges bleues
— Faim des bouquets d’abondance —

La ligne cinglante du rivage
déroule inexorablement
sa haine des Terres
en vue d’accomplissement
à l’écume durcie de la roche

L’âme moussue comme lichen
ne rouillera plus sur le gris du schiste
elle suit le courant d’air et devient algue

.
C.P.

illustration : Rafal Olbinski

8 réflexions sur « Effervescence »

  1. Mélodie des mots,d’une prose et d’une présence magnifique sur un hymne à la renaissance ,..pluie, ressac des vagues ..avec cette image belle et symbolique…La vie ,ne serait-t-elle qu’une éternelle effervescence??

    • Elle l’est ! ça bouillonne, ça crépite, ça vibre, ça nous bouscule…. pas moyen d’y échapper. On vit. Même le calme n’est jamais plat !
      Regarder cette effervescence sans s’en inquiéter (pas toujours facile).

      • Oui..La vie ne peut être que cette éclosion troublante ,frémissante,agitée ,d’une renaissance inespérée ..,dont les mots expriment les balbutiements..Ainsi les peines purgées,les rêves refoulés forment le terreau d’une éclosion rare et merveilleuse,et c’est la magnifique effervescence toujours renaissante dans ce monde.

        • Merci Rivagedazur. J’écris parfois des choses plus sombres, elle me sont nécessaires, car il faut partir de ce terreau pour espérer voir émerger le positif (mais en général mes amis n’aiment pas les écrits sombres, ils ne me reconnaissent pas et s’inquiètent)

          • Je crois que l’essentiel dans l’écriture c’est laisser parler…le cœur , ses ..vibrations.et se laisser dériver par l’inspiration..C’est dans ces moments la que votre écrit ne vous appartient plus..

    • Oh merci Aloysia ! Je me demandais si ce poème allait “parler” aux autres…. En fait un auteur peut difficilement évaluer l’impact de ses écrits, pour lui ils ont un sens, mais il ignore toujours ce qu’ils vont devenir chez celui qui les lit.
      Je suis contente quand je trouve, sans y passer deux jours, une illustration en accord avec les mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *