Quand se soulève la brume de samain

  67098_462631947121254_1713982610_n.jpg

 

Art de Galya Popova – Russie –

 

 

 

(deux poèmes mûris en ce mois de novembre où l’été semble si loin et l’enfance aussi… alors pour faire passer cette ambiance de
samain un tableau plein de fraîcheur)

 

 

 

C’est la saison où les yeux se ferment de fatigue

 

 

la saison s’avance comme bannière d’effroi

doudoune et jambières sortent des placards

qu’elles y restent et que ma mère au coin du feu

ne se consume pas cet  hiver en  pleurs et
plus

 

arbres amis murmurez tendresse

qu’un nom s’immisce dans vos ramures

demain en main et feuilles soupirs

en recueillement où transfuse la joie

 

 

*

 

tours et détours en trompe-ennui

les bosses des jours ratiocinés

le poids de la vie  trottin-menu

et la fatigue sans insomnie

tirent les paupières-rideau

sur
la jeunesse des femmes

 

 

 

 

 

 

Broderie de nuit sur icône nourricière

 

 

 

Je brode la mort du ciel

sur la chair de ma vie

que la peau du silence habille

 

 

seules

des paroles meurent d’ombre

de trop plein d’absence

murées dans le vivant de l’esprit  

leurs ronces me paraissaient belles

hier

 

 

l’âme cherche un chemin de mémoire

dans l’obscur d’un cœur résigné

il se fait si tard  

le temps de l’amour s’est étouffé

sous le poids du labeur des jours

 

sa raison épuisée s’incline

elle tombe

elle ne sait pas pourquoi elle

tombe

 

 

Je plonge avec elle dans cette nuit vertigineuse

et mot à mot je rêve les fruits de tendresse

que je brode sur l’amer de ma vie

 

 

 

*

 

 

 

 

Dire sans brûler

l’amour trop sensible

 

 

Dire l’informe d’une pensée

qui suit son cours

abandonnant sur la rive

l’amer de l’enfant-sourire

 

 

Dérive à perpétuité

d’une tendresse clonée

oublieuse des Je vous salue Marie

murmurés aux portes du sommeil

comme autant de tentatives

pieuses de fusion






Carmen P. 

 

10 réflexions sur « Quand se soulève la brume de samain »

  1. Bonsoir Carmen
    De prime abord, j’ai cru que le tableau était de toi, il m’a fait tout de suite pensé à ce joli conte que tu avais écrit pour les enfants.
    Heureusement que tu y as mis cette fraîcheur, parce que le voile du vieillissement se tisse légèrement au fil de tes lignes avec des élans d’amour et de tendresse écrasés par la résignation.
    J’y retrouve des mots tels que rêve qui me font croire à espoir.
    Mais je m’y fais, je m’y fais, c’est du pur Carmen et moi je lis, je lis et je souris. Pourquoi ? Va savoir ??? Tu as peut-être un fluide inverse tu partages si bien les mots de la mélancolie,
    qu’après tout c’est peut-être l’alchimie de l’ivresse.
    Et puis tu me diras, c’est le lecteur qui interprète, alors c’est peut-être moi qui est triste et qui ne voit que le négatif et c’est ta force positive qui me fait sourire.
    Merci au nom de la communauté
    Je t’embrasse très fort
    Amitié
    Le Noctamplume

  2. Ca sert beaucoup de parler Carmen, je viens de les relire intégralement et où j’avais quelques lacunes à bien interpréter,maintenant tout est clair à cent pour cent

    Bisous et bon dimanche
    Le Noctamplume

  3. Certains diront que tes poèmes sont tristes , moi je ne trouve pas , ils sont l’image d’un moment sur le chemin de ta vie
    Joliment écrits , je sais que Novembre par sa grisaille noircit le trait , mais le soleil et le printemps ne vont pas tarder à revenir
    Bon et doux Dimanche Carmen

    Bisous

    timilo

  4. Tes écrits sont un tantinet tristes, mais nous poètes avons le don de transmettre à nos lecteurs nos sensations ou bien ce que nous vivons au temps présent.
    Après cela est de l’interprétation de chacun, c’est comme un tableau certains y verront cela d’autres autres choses, mais en tous les cas je me suis régalée.

    Merci , ta plume est belle car bien à toi.

    Belle journée et bisous d’EvaJoe

  5. les images que nous imposent la vie ne sont pas toujours d’une couleur gaie….mais l’esprit est ainsi fait avec ses moments de lumière et ses moments de flou grisâtre…mais tonn écriture ne
    laisse pas indifférent….merci….bonne journée
    amicalement à toi
    claude/lagardère

Répondre à Mamie-joëlle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.