J’ai perdu le fil

J’ai perdu le fil
mais flânent des reflets
sur mon âme viride
Fiel, tu es venu semant le doute
en grande inquisition sur ma joie limpide
la vasque était pleine de larmes
bulle d’eau grosse en phase de déferlement
sa surface, ridée en moi,
frissonnait comme ondée natale
la buée s’obstinait à écorner mon globe
sur le lac faussement tranquille de l’existence
tandis que l’aube – et ses rayons émergents –
exhalait toutes mes faiblesses
Souviens-toi, mon ange, il faisait grand air
dans nos vies et le poids vif de la chair
dansait sous l’ivresse des pensées légères
Une aile (j’ai entendu son bruissement)
par capillarité est venue boire l’excès d’amertume
Il faut croire que la chaleur d’une caresse
sur la peine vitale a ouvert le flanc
d’où se sont échappées toutes
les clabaudeuses mémoires
Carmen P.

6 réflexions sur « J’ai perdu le fil »

  1. C’est magnifique ! Tu nous as laissés un peu sur notre faim pendant quelque temps, mais là quel jaillissement ! J’avoue qu’il me laisse sans voix.
    (Nota : j’apprécie particulièrement qu’il n’y en ait pas trop à la fois ; le site fonctionne comme une page, et il faut lui laisser cette faculté de résonance sur un seul chant à la fois)

    • Eh oui, comme je venais peu, j’avais tendance à publier plusieurs poèmes en une seule publication !
      Un poème pour ne pas trop laisser dormir le blog. Merci de m’avoir lue Mayalila.

  2. Des problèmes un peu partout Carmen, pour publier, être lu, avoir les commentaires !
    J’ai dû louper des parutions, peut-être de moi-même car si j’ai trop à lire, au bout d’un moment, j’en jette ! Pas très sympa, mais je ne peux plus faire autrement.
    Je viens de lire, ta poésie sur la vieillesse et … cela a fait toc, toc chez moi.
    « La buée s’obstinait à écorner mon globe »
    Merci pour cette poésie.

    • Il est nécessaire de prendre du recul, de temps en temps… mais quand je reviens sur mon blog, si la façon de publier a changé, je suis un peu perdue.
      Merci pour ta lecture, pimprenelle.

  3. Merci de renouer le fil avec ton immense talent pour tisser les mots,
    je souhaite que la lumière éclaire la fin de cette année, je souhaite que cet hiver lave la « sombritude » pour que le printemps explose dans nos coeurs.
    Bises étoilées, merci Carmen. brigitte

  4. Une nouvelle ère de lumière se prépare à jaillir des ténèbres, à souder de nouveaux liens, à faire éclore des graines insolites …
    Je te souhaite une année pleine de … bruissements d’ailes !
    Châle-heureuse-aimant : sabine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *