Le messager d’amour

970078_550330248351423_125219113_n

 

Le messager d’amour

 

Je suis celui qui année après année frappe à la porte de ta vie.

Je suis le soleil… pour toi, je courbe ma lumière afin qu’elle vienne frôler les creux et les pleins  de ta silhouette que j’ai dessinée et  autour de laquelle  je gravite. Peu m’importent les lois du cosmos, plus je réfléchis et plus je pose sur ta peau mes éclats de tendresse. Quel est l’astre et quelle est la planète ?  Tout se confond dans l’instant amoureusement, et nos vies s’articulent dans un espace que rien n’offense.  

Je suis l’aimant, moi, le non créé, celui qui  n’existera pas tant que tu ne l’auras pas reconnu.

Je suis le prince des certitudes, celui devant qui personne ne peut rester de glace.

Pourtant tu continues de  m’ignorer.

Non, ne t’effarouche pas, je  laisserai au temps le soin de dissoudre tes appréhensions. 

Tu pleures ? Je suis avec toi, car je suis la larme qui dans ta bouche a le goût du sel.

Tu interroges le ciel, mais je ne peux te répondre car je ne connais pas le mode d’emploi de  l’amour sur terre. Je ne suis pas dans ton périmètre de vie, je ne suis pas de ton époque. Je suis de toujours et de maintenant, mais comment te le dire ? Je ne suis pas un expert  du vocabulaire du cœur. Les mots, si souvent, riment avec tromperie, alors, je garde ma déclaration pour un avenir dédié à la sensorialité que nous éprouvons déjà, d’une silencieuse étreinte.

Je garde espoir que tu me reconnaisses, ne dit-on pas qu’un mendiant d’amour, un jour, se hasarda dans la vallée des cœurs perdus où les soupirs donnaient récital et qu’il y trouva l’âme sœur !

Le rêve est le refuge où je dépose ma flamme. J’espère qu’une nuit, dans ton sommeil, tu entrouvriras la porte, ainsi tu libèreras les caresses qui n’attendent que le moment de parcourir le velours de ton corps autant que la sensibilité de ton âme.

Tu frémis déjà car je suis ton promis. La sensation de l’amour vibre comme une force tellurique bien avant que l’amour ne se manifeste. Sois attentive à son courant d’ondes, il est mon messager. 

 

Carmen P.

 

581623_426395557420314_57999411_n

18 réflexions au sujet de « Le messager d’amour »

  1. Quelle beauté dans vos mots !
    Ce texte est d’une fabuleuse musicalité, enivrante, envoûtante…
    Je le lis et relis comme si je valsais sans pouvoir m’arrêter.
    Merci.

    • Merci Flipperine.
      Futur amour, sans doute pas, j’ai un amoureux depuis plusieurs décennies… en tout cas c’est l’amour que je souhaite à ceux qui ne sont pas aimés.

  2. Etre aimé et ne jamais s’en lasser, l’amour n’est ce pas le plus grand bien que l’on souhaite à ceux que l’on aime ainsi qu’aux autres.

    L’amour décliné avec tes mots c’est d’une beauté, d’une grâce et je dirais même une pointe sensuelle. Quelle beauté lorsque tu écris :

    « J’espère qu’une nuit, dans ton sommeil, tu entrouvriras la porte, ainsi tu libèreras les caresses qui n’attendent que le moment de parcourir le velours de ton corps autant que la sensibilité de ton âme.

    Bravo et merci de nous offrir les beautés de ta plume dont j’avoue je ne me lasse jamais.

    Belle journée et bisous d’EvaJoe

    • Je n’écris jamais sur l’amour, Evajoe. Il a fallu la St Valentin pour le faire, mais je ne pense pas développer ce thème, car pour moi, j’ai l’impression que l’amour est présent dans bcp de mes poèmes (mais on ne le ressent peut-être pas)
      Bonne semaine, Evajoe.

    • L’amour n’a pas réellement de poids dans la vie, il reste éphémère. Les jeunes l’attendent avec impatience, l’idéalisent… ce n’est pas de l’amour car on l’attend de l’extérieur.
      Seule la confrontation avec la réalité et le temps qui passe, avec l’autre, mettront à l’épreuve l’authenticité de l’attachement.
      Alors, comme c’était la St Valentin, et que quelques vers me sont venus en rêve, j’ai écrit ce texte… j’ai bien conscience que c’est un amour parfait, comme on aimerait tous qu’il vienne murmurer dans notre conscience.
      Pour moi, l’essentiel est l’amour de la vie et il englobe tout, la nature, les enfants, les êtres qui nous entourent et celui auprès de qui on vit et qu’on regarde avec toute la tendresse qui nous habite. L’amour, on l’éprouve d’abord en nous, même dans la solitude. Après, il se reporte ailleurs et il ne peut que répondre et durer.
      Merci de m’avoir lue, Paradisalia.

  3. Très honnêtement je n’ai jamais lu quelque chose d’aussi magnifique sur l’amour. Tes mots me remplissent d’une douce énergie positive, et c’est bien le but n’est-ce pas ?

  4. Bonjour Erin,
    On croirait ce texte écrit pour moi…
    En lisant les dernière phrases se terminant par :
    « Tu frémis déjà car je suis ton promis. La sensation de l’amour vibre comme une force tellurique bien avant que l’amour ne se manifeste. Sois attentive à son courant d’ondes, il est mon messager. »
    J’ai frémis….
    Ton écriture est magique, merci et bonne journée

    • Il est certainement écrit pour toi aussi, libre 34. Nous avons tous le même besoin d’amour inconditionnel. C’est ce qui anime toute vie.
      Merci de m’avoir lue, libre 34 et bonne journée à toi. Erin

  5. L’amour éternel.
    L’amour coeur à coeur qui nous enrobe de sa chaude douceur…
    L’amour dans le bouquet de pâquerettes que tend l’enfant à sa mère
    L’amour pour la nature s’éveillant aux premiers rayons du soleil
    L’amour en humant le parfum d’une fleur

    Vaste comme l’univers ce petit mot
    magnifique ton poème Erin
    Bonne journée
    😉

    • L’amour c’est tout cela, en effet, Martine. J’ai du mal à le fixer sur une seule personne, je l’étends à tout ce qui est manifestation de la vie ou création. Celui que j’ai choisi marche à mes côtés, depuis plus de 37 ans, dans cet univers. Merci de m’avoir lue, Martine.

  6. Bravo Erin pour ce poème écrit avec beaucoup de pudeur tout autant que l’illustration qui l’accompagne!!! Je te remercie d’avoir partagé ces instants avec nous !!!
    Je constate que chez toi comme chez beaucoup la pause s’impose , je pense que pour moi elle ne va pas tarder non plus à s’imposer, beaucoup d’émotions ces dernières semaines qui parfois m’ont fait perdre de ma sérénité 😉
    Bises et à bientôt.
    Domi.

    • J’ai repris le poème, tout en gardant sa structure.
      Ce doit être difficile de prendre une pause en tant qu’administratrice. Il faut une grande disponibilité et faire passer les besoins collectifs avant ses projets personnels (parfois).
      L’intérêt sont les liens privilégiés qui peuvent s’installer… mais je comprends combien cela doit perturber quand surviennent les « problèmes ».
      À bientôt, dimdamdom.

  7. Bonsoir, Erin,
    J’ai bien envoyé un message à Flipperine et cela apparaît bien sur mes commentaires.
    Mais ton commentaire m’a touchée et je suis venue lire ce que tu avais écrit. Tu parles très bien de la sorte d’amour que je ne connais plus depuis un peu plus de deux ans. Mais je n’ai jamais su en parler comme ça.
    Bravo pour ce morceau et j’apprécie ta réponse à Paradisiala notamment le dernier paragraphe bien que quelquefois la vie – les êtres humains plutôt – nous réserve de très mauvaises surprises. Merci.

    • Je parle rarement d’amour… car c’est un thème souvent abordé et si délicat, si fugace dans la vie de beaucoup, alors je préfère parler de la vie en général et de situations, de sentiments, où chacun peut se reconnaître.
      Avec ou sans amour, gardons le coeur joyeux et prompt à s’émerveiller… qui sait, si cette disposition d’esprit ne représente pas une passerelle pour l’amour, si d’aventure il croise le chemin de vie d’une âme disponible !
      À bientôt. Erin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *