Prince téméraire 8

1381271566047Ceci est la fin du conte. Je ne le laisserai pas longtemps sur mon blog. Il reste à mon fils  quelques illustrations à réaliser encore et moi je vais m’applique à relire  une troisième fois, puis une quatrième fois…. le texte !

 

__ Quelques temps plus tard, une guerre éclata. Le genre de situation que le Roi avait en horreur, mais qu’il ne pouvait éviter car il avait des voisins belliqueux. Il rassembla ses armées et confia la direction des combats au plus vaillant de ses seigneurs.  Lui-même était trop âgé pour participer à ce conflit, il le regrettait, car il considérait que rester dans un camp retranché pendant que ses hommes se battaient n’était pas digne d’un monarque ! Il  songea avec tristesse au fils adoptif qu’il avait perdu… comme cet enfant généreux aurait bien défendu les intérêts du Royaume. Il le pensait même suffisamment intelligent pour désamorcer  un conflit avant que ne commencent les hostilités, mais l’heure n’était pas aux regrets, la haine grondait dans le cœur des hommes et ne demandait qu’à s’exprimer, à faire son œuvre. Encore une fois !

Sa fille surgit alors, et coupa court ses pensées nostalgiques.

— Père, permettez à mon époux de partir au combat. Redonnez-lui son cheval, même si c’est une vieille carne.

Le roi accepta sans discuter, il exigea seulement que le jeune homme reste à l’écart des autres chevaliers, qu’il les laisse faire leur travail, car un jardinier de toute évidence ne doit pas savoir  manier l’épée.

Encore une fois le jeune homme prit de l’avance, il arriva avant la cavalerie au lieu dit du Champ des batraciens et il fit, à nouveau, semblant d’y être embourbé. Il savait que la répétition de ce scénario ne pourrait qu’attiser le sarcasme des chevaliers, même si  cela n’était pas digne de leur rang. 

Lorsque le Roi vit son gendre dans une posture aussi ridicule, il passa son chemin en feignant de ne rien voir, mais les rires de ses hommes qui contemplaient la scène l’humiliaient profondément. Comme il regrettait qu’aucun des ses chevaliers ne manifeste un peu d’humanité, lui-même ne pouvait aller au-devant du jeune homme, ce geste aurait été interprété comme un aveu, donnant raison au choix de sa fille, choix qui restait une énigme pour lui et qu’il ne pouvait cautionner pour le moment.  

La bataille qui s’engagea un peu plus tard fut terrible… La défaite allait être consommée, la déroute imminente,  quand  surgit de nulle part sur un coursier ailé un homme étincelant comme un soleil,  sa chevelure était d’or et son regard foudroyant. Son sabre s’abattait  avec une énergie surhumaine… Les ennemis, devant une telle apparition, furent pris de panique et ne tardèrent pas à battre en retraite.

Jovan était indemne, sans hésiter il s’entailla un doigt,  puis il galopa en direction des troupes du roi.

On annonça au roi que le brillant chevalier était légèrement blessé, alors le souverain lui fitparvenir, pour bander sa plaie, son propre mouchoir – un mouchoir tissé de fils d’or. Il demanda à voir le chevalier providentiel, mais celui-ci s’était déjà envolé. 

Sur le chemin du retour, l’armée Royale dut repasser par le champ des batraciens. Devinez qui ils virent ? Tête d’ange, ainsi que beaucoup le surnommaient, toujours habillé tel un gueux et barbotant dans la gadoue…

Le roi était consterné !

De retour au palais, le roi fit organiser une grande fête pour célébrer la victoire. Tous les nobles du royaume furent conviés. La Princesse intercéda auprès du roi pour que son mari obtienne lui aussi une invitation. Après le vif sentiment d’humiliation que le Roi avait ressenti, sa fille eut beaucoup de mal à obtenir cette faveur. De guerre lasse le Roi néanmoins céda. Il répondit d’une voix résignée :

— Qu’il vienne, ma fille, mais qu’il soit discret et reste en bout de tablée.

Le jour du banquet, chacun prit la place que son rang lui assignait, et Tête d’Ange s’assit, en dernier, à la place qu’on lui avait réservée, la plus éloignée du Roi.

Au cours du repas les serviteurs apportèrent des rince-doigts, mais n’en proposèrent pas à Jovan qui tira de sa poche le mouchoir tissé de fils d’or que le roi lui avait donné après le combat. Le geste du jeune homme ne passa pas inaperçu, car le Roi surveillait cet invité indésirable du coin de l’œil. Le souverain, profondément intrigué, ne put feindre d’ignorer plus longtemps l’ami  de sa fille, il lui adressa enfin la parole et le fit d’une voix puissante puisque son interlocuteur, conformément à son désir, se trouvait fort éloigné de lui :

— Où as-tu trouvé ce mouchoir ?

— Seigneur, c’est vous qui me l’avez fait apporter lorsque je me suis blessé lors du combat, répondit Tête d’Ange.

— Prétends-tu être ce héros qui nous a épargné une cuisante défaite ? s’exclama le Roi, incrédule.

Le jeune homme ne répondit pas, il se contenta  de se lever prestement, sortit de sa manche   un crin que personne ne vit et le jeta sur une bougie allumée. Un cheval ailé surgit immédiatement au milieu des convives interloqués. Tête d’Ange, tout en enfourchant l’animal, se défit de ses vieux habits et apparut plus splendide que jamais. Un murmure d’admiration s’éleva et gonfla comme une vague parmi l’assistance. Quand le calme revint, le jeune homme prit la parole :

— Seigneur, je suis votre humble serviteur, et votre dévoué fils, jamais je ne vous ai déshonoré. Vos seigneurs ne vous servent pas comme ils le prétendent, d’ailleurs ils portent mon sceau sur leurs cuisses. C’est moi qui les ai marqués lorsqu’ils ont pris, pour épargner leurs efforts, du lait de phacochère au lieu d’aller au bout de leur mission eux même, et de vous rapporter le remède dont vous aviez besoin.

Le Roi fit vérifier les dires de Jovan. Son gendre avait dit vrai, d’ailleurs le Roi reconnaissait maintenant le jeune homme qui par deux fois lui avait permis de retrouver la vue. Trois fois même, car le Roi prit conscience en son cœur, qu’une cécité mentale lui avait interdit d’imaginer un seul instant, que ce jeune homme, qui avait trouvé refuge dans le parc du château de la ville, puisse être le fils qu’il avait tant apprécié dans son domaine de la montagne et qu’il soit digne d’épouser sa fille. Les erreurs passées ne se rattrapent pas mais pour qu’elles soient pardonnées il suffit de changer d’attitude et de maintenir une ligne de conduite droite. Dans sa sagesse le Roi donna immédiatement une place d’honneur à son gendre. Les autres seigneurs, confus, durent se contenter de places moins enviables, qui peut-être ne correspondaient pas à leur rang mais étaient parfaitement adaptées à l’hypocrisie de leur esprit. Tête d’Ange, dont la valeur était maintenant reconnue dans tout le Royaume, put mener la vie à laquelle il se préparait depuis son plus jeune âge. Il n’oublia pas ses parents de sang.  Il les fit venir auprès de lui afin qu’ils mènent enfin une vie confortable. Dans le parc du château, à l’emplacement de sa cabane, il fit construire un pavillon où ses parents vécurent heureux jusqu’à la fin de leur vie. Le vieux Roi, quant à lui, avait choisi de rejoindre ses montagnes où, loin des intrigues de la cour qui le fatiguaient, il pouvait savourer de paisibles journées. Il ne se sentait plus isolé ni inquiet, son royaume était entre de bonnes mains et le couple princier venait souvent lui rendre visite, grâce au cheval ailé. Quand le vieux Roi mourut, Jovan lui succéda sur le trône. Je vous laisse imaginer ce que fut son règne…

Depuis, il existe quelque part une ville où chaque homme réussit à vivre heureux, exerçant le métier qui lui convient le mieux, consacrant du temps pour les amis et sa famille. Si un étranger parvient à pénétrer dans la citadelle il y est reçu comme un prince, l’accueil y est si chaleureux qu’il n’éprouve plus le besoin de partir. Toute  pensée de méfiance est ignorée des habitants, mais leur gentillesse jamais n’est trahie, car seul un être au cœur joyeux et bien intentionné peut traverser les brumes de l’ignorance et découvrir ce royaume merveilleux.

 

FIN

 Carmen Pennarun

 

 

15 réflexions au sujet de « Prince téméraire 8 »

    • Je le pense aussi ! Nous sommes si souvent aveuglés nous-même… alors que nous n’aspirons qu’à la douceur du vivre.
      Merci de m’avoir suivie, flipperine.

  1. Un conte très bien mené, avec une belle moralité, digne des grands classiques du genre. J’ai beaucoup aimé et j’espère découvrir bientôt l’édition papier avec les illustrations. Bravo.

  2. Quel joli conte Carmen. Avec la morale à la fin ,il va de soi.
    J’ai lu ta réponse où tu dis que le fantastique t’aurait ouvert plus facilement la porte d’un éditeur. Peut-être, car c’est le goût du jour. Perso, j’apprécie énormément le monde de la Fantaisy. Tu as le potentiel pour en écrire.
    Bravo! C’est très beau et je suis sûre que les illustrations seront à la hauteur.
    Bises
    😉

    • Merci Martine d’être venue me lire. La fantasy, oui, j’ai assez d’imagination pour m’y lancer, le problème est que j’ai du mal à correspondre à un genre en particulier. Je verrai bien où l’écriture me conduira. Bonne semaine à toi. Erin

  3. Florence – Testé pour vus
    Bonjour..il faudra que je revienne relire tout ça car je n’ai pas suivi..Manque de temps. Mais là, je vais être dispo et hop, je serai de retour 🙂
    Je te dis à très bientôt

    • Je laisse encore un peu le conte en lecture intégrale sur mon blog, mais bientôt je ne laisserai que des extraits.
      Il faut que j’aille lire les publications amies. À bientôt florence. Erin

  4. Merci Carmen,

    C’est même plus que ce que j’avais imaginé, la fin est superbe, j’ai bien aimé ce n’est pas trop moralisateur c’est juste ce qu’il faut.

    Quand tu publieras tu me le diras…Je ne sais si tu en as mis que des extraits…Je le suppose pour garder sous le coude de quoi écrire davantage.

    Belle et douce nuit

    Bisous d’EvaJoe

    • Merci Evajoe. Je viendrai moi-même lire tes productions.
      Le conte est en attente… Killian a encore quelques illustrations à réaliser.
      Bon week-end !
      Erin

  5. Oh, érin, je viens de tout lire (enfin !).

    Que dire, là, à l’instant …………
    Juste que je veux encore rester sous la magie de cette histoire, et l’envoûtement, lorsqu’il est tel, fuit les mots ………..
    Non, c’était trop beau, j’ai choisi le plus bel arbre du parc pour fermer les yeux et….rêver encore et encore à ce monde meilleur ……!

    Je suis, pour l’instant, la fileuse solitaire tissant une à une les minutes, les secondes de cette histoire et c’est ……bien trop bon : MERCI !

    Quel cadeau, aussi doux que le lait de gazelle, aussi coloré que l’orange ……..

    Dépose un sourire pour toi sur le dos du cheval ailé : sabine.

    • Merci Sabine d’avoir suivi ce conte. Reste à savoir si ce conte saura convaincre les éditeurs !

      Le sourire est transmis… C’est la deuxième fois qu’il y a un cheval capable de voler dans mes histoires jeunesse.

      Amitiés.

      Erin

  6. « Je » dépose (ai oublié le « je », important pour la compréhension de la phrase …..)

    Toujours adossée contre l’arbre, je rêve, je rêêêêêve ………!

  7. Bonsoir Carmen
    J’ai suivi avec bcp de plaisir ce conte et la fin me plaît bien ! J’espère de tout cœur que tu trouveras un éditeur, comme tu le mérites… Et si ton Fils illustre de ses dessins tes écrits : c’est fantastique, vraiment ! Bravo à vous deux et douce soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *