Je suis Marie, la « petite reine de la cité »

.

Depuis son plus jeune âge ses actes étaient guidés

par la nature. Elle respectait les lois des vents

des marées. Ne lui en demandez pas la raison

prenez ses notes comme autant d’instantanés

Elle était imprévisible pour qui ne savait pas lire

les signes que Terre envoyait, ceux que les passeurs

des voix de la nature – nos animaux – traduisaient

.

N’accusez pas le liseron s’il étouffe vos rosiers

seul le jardinier ordonne la nature

hélas, elle ne connaissait rien à l’horticulture

elle laissait l’enfant faire ses premiers pas

quand de lui-même il parvenait à maîtriser la loi

de l’équilibre en direction de ce qui l’attirait.

Elle se gardait de s’exclamer par crainte

de le surprendre et de stopper son élan

.

Elle était le témoin silencieux – pierre

levée qu’une vibration joyeuse animait

Elle entendait le chant de la vie et le frémissement

des arbres surpris par l’agitation humaine

Elle entendait

.

la voix de son père, celle de sa mère

un écho d’amoureux, une tonalité

pour elle seule. Son berceau était construit

de bois. Son père pourtant, n’était pas menuisier

mais il avait su chantourner les barreaux

pour son fils. Pour un fils ?

.

Début d’automne. La nature tapissait déjà

le sol de feuilles pour l’avenir. Une enfant

avait trouvé un nid dans le corps d’une jeune

fille. Ses parents allaient quitter la chambre

de bonne où la tenancière les regardait

d’un mauvais oeil. L’enfant attendait

C’est dans une cité, la première construite

à l’appel de l’abbé Pierre, que les eaux annoncèrent

une naissance dans l’urgence. L’enfant prématurée

tardait à voir le jour. Pourquoi faut-il trop souvent

enfanter dans la douleur ?

.

La peur de perdre la mère et l’enfant

ouvrit le coeur du père, ainsi il put accueillir sa fille

Elle devenait miracle. Il l’appela Marie

.

Entre les barreaux de son lit Marie entendait

tous les sons que la vie lui apportait

elle sut faire tenir les mots debout bien avant

qu’elle ne se dressât sur son matelas

et c’est sur le tremplin des mots qu’elle apprit

à grimper pour mieux voir ce qui mijotait

dans le chaudron de la vie

.

Elle sut très tôt que les mots bien souvent

contredisent ce que les coeurs dans leur langage

lui révélaient. N’était-elle pas Reine, première enfant

née dans cette cité ; un chaland où tous les miséreux

apprivoisaient leur dignité ? Elle symbolisait l’espoir.

.

Carmen Pennarun

photographie : Staihis Vlahos

12 réflexions sur « Je suis Marie, la « petite reine de la cité » »

  1. C’est vraiment touchant et beau Carmen!

    Tout plein d’amour, d’accueil et de lumière!

    Félicitations et un grand merci 🌹❤️

    • Bonjour, Raynald. Bonjour sur mon blog. Ce texte fait partie d’une série de poèmes qui parlent de l’héritage familial, de son empreinte.

  2. C’est très beau et très touchant!

    La mère donne la vie, le père l’accueil.
    Le miracle de la vie.
    Aimer, guider, donner des ailes, faire confiance!

    Merci beaucoup Carmen .🌹❤️⭐️

    • Oui, Raynald, ensuite vient la famille, le quartier… l’enfant est porté par une communauté à laquelle il va devoir s’intégrer. Il ne vient pas pour perturber ce qui est en place, ni pour polluer encore plus la planète… il vient pour l’amour et pour son expression toujours plus ample à laquelle il apporte son originalité.

    • Merci Pimprenelle d’être venue me lire. J’écris quelques textes où les souvenirs se confrontent au regard de l’enfance.

    • Merci d’être venue le lire, Brigitte. Peu d’écriture aujourd’hui, juste un poème qui se repose sur une feuille de brouillon. J’espère que ton week-end a été agréable. Je t’embrasse. Carmen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.