Migrations

imm035_2.jpg

 

 

Migrations

 

 

toute entière à la tristesse
épuisée
par la coupe des saisons
elle s’arrime mon âme
au vol des oies sauvages

 

noire
la crinière flotte dans le pré
où les sabots martèlent
enfer

 

la fille de l’air
ne peut protéger ses enfants
des tourments de la terre
elle ne sait que voler
et invite à la voie haute

 

par l’amour elle vit
pour l’amour elle meurt

 

son cœur scande le vide
quand parole et confiance
se heurtent aux épreuves
et disloquent son ouvrage


*

 

les instants passent
sans laisser de trace
quand la pensée fuit
les courants d’âme

 

déjà
dans l’aquatinte du regard
défilent
les ombres

 

ohcomme ces rêves
nés des espérances mortes
ouvrent à la mélancolie
lorsqu’ils nous ramènent
sur nos chemins d’amour

 

amantsamisenfants
autant de blessures
que de tendresses – de vies – données

 

mères du passé
– cœur de familles nombreuses –
où cachiez-vous vos larmes ?


*

 

les enfants naissent des larmes
versées par toutes les mères

 

elles
irriguent la terre
ouvrent des chemins d’espérance
que d’autres mères pleureront
quand ils se refermeront

 

*

 

c’est l’automne

 

pour la première fois
j’ai vu un vol d’amour
migrer vers une terre d’enfance

 

il reviendra au printemps
d’instinct
je perçois son retour

 

.

 

9 réflexions sur « Migrations »

  1. J’aime ce que tu dis des enfants qui naissent des larmes versées par toutes les mères… et, pourtant, j’espère encore qu’il en est qui naissent du bonheur d’aimer.

    Passe une douce soirée.

  2. Bonjour, Ceci est un copié/collé , j’espère que tu vas bien. Je ne vois pas le temps passer, les jours et semaines défilent à une vitesse ! Je passe 39 h en cours , je vais m’habituer. Je te
    souhaite un bon week-end .
    Gros bisous .
    Pauline

  3. Bonsoir Atonati,
    Je comprends mieux maintenant que j’ai survolé ta première page ton intérêt pour ma mosaïque de rose ….
    Tu fais des tableaux “patchwork” et ta poésie a ce style décalé dans le bon sens du terme ! que j’affectionne tout particulièrement surtout chez les autres, j’en suis incapable car je ne suis pas
    poète, plutôt comme je dis je me raconte sur mon autre blog….
    Tu es une artiste au talents multiples et je n’ai vu qu’une page !!!
    Belle soirée et merci de ton passage…eni.

  4. Pfiuuu
    Ton texte m’a filer la chair de poule m’dame, et ce ne fut pas désagréable…
    Un retour éclatant!
    Une migration qui ressemble à une épreuve non?
    Bonne soirée

  5. Bonjour Carmen
    Ce texte n’est pas si négatif que tu le dis et il se dessine bien dans la saison que nous traversons.

    C’est un peu comme les fruits, il faut les consommer à la bonne époque

    Toute ma tendresse vient vers toi

    Le Noctamplume

  6. L’un ne va jamais sans l’autre, positif et négatif sont liés.
    Le tout est une histoire d’équilibre.

    Finalement le mécanisme est simple, mais souvent plus dur qu’on le croît à adopter.

    Chez toi l’équilibre se rétabli souvent dans les contines que tu écrits pour les enfants.

    On a l’impression que tu abordes la vie des adultes dans une version toute négative.

    Après-tout, c’est peut-être une impression que je me fais et elle ne regarde que moi.

    Bisous et bon lundi

    Le Noctamplume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *