Gestation

01_10_2007_0217192001191230042_susan_seddon_boulet

 

1

La vie – pas un chat

La vie – de fil en aiguille

La vie mon fils

Se tait la mère – se terre

l’enfant dans un silence de matrice

 

2

Pas un chaton ni un poussin

La vie qui passe de mère en fils

La vie au loin qui naît enfant

dans un silence de matrice

.

En terre de femme serpentait l’annonce

 

3

 Sans bruit la conscience dépasse le mur de la réalité.

L’intuition sus-terraine, la pré-connaissance de chair voyagent en des arcanes que seule l’ubiquité de l’esprit fréquente. L’intelligence des gènes ignore les barrières géographiques et tout autant la profondeur des océans, elle s’appuie sur des ponts invisibles à la constance éthérique. La communication existe entre les gènes, les jeunes cellules peuvent compter sur le soutient des anciennes. La vie entre parenthèses, chez l’un, offre son énergie, envoie son souffle d’amour vers l’âme fragile qui doucement s’installe.

 

Erin

(illustration Susan Seddon Boulet)

14 réflexions au sujet de « Gestation »

    • Un fil très fort entre la mère et l’enfant, là, il est plus diffus, puisqu’il s’agit, en l’occurrence, de la grand-mère (quel mot horrible !)
      Merci Philippe pour ton passage.
      Carmen

    • Ce fil existe et défie tant de lois !
      Comme je l’ai dit dans mes deux autres réponses, dans le cas de ces poèmes il s’agit du lien entre l’enfant attendu et sa grand-mère.

    • Oui, j’insiste sur ce lien que je découvre, malgré la distance entre l’enfant qu’attend ma belle-fille et moi-même. Je suis très sensible… je ne pensais pas, cependant, qu’une communication puisse se ressentir de la sorte.
      Amitiés.
      Carmen

  1. Bonjour Carmen,

    Le lien qui unit la mère et l’enfant. Ou, comme tu le décris, la grand-mère et la jeune âme à venir. Ce lien si mystérieux.

     » L’intelligence des gènes ignore les barrières géographiques et tout autant la profondeur des océans, elle s’appuie sur des ponts invisibles à la constance éthérique. »

    Ce mystère, c’est celui de la vie.

    Merci pour ce beau partage 😉
    Amitiés
    Martine

    • La vie… en effet. La création nous permet d’en être partie prenante. Nos enfants sont là pour nous rappeler que nous en sommes aussi partie aimante.

      Merci d’être passée sous ces mots, Martine.

      Carmen

  2. J’aime cette énergie qui passe entre les êtres laissant place à l’amour. La vie est un beau voyage et lorsque l’enfant naît en criant sa naissance, le regard d’une mère se remplit de tendresse pour lui. Douce soirée Carmen.

    • à la relecture je me souviens de ce qui a motivé cette écriture (un rêve qui m’annonçait la conception de mon petit-fils) Je ne sais pas comment le lecteur peut recevoir cet écrit, fruit de l’inconscient et de mon amour des mots).
      Bonsoir Corinne.
      Erin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *