Douces heures de vivre sur le granit des jours

 

Je ne vois aucune douceur

à l’heure de l’embrasement

quand l’or du soleil couchant

disperse son auréole

dans le tulle bleu

des  nuages — l’été

 

un pétale de lumière —

l’éphémère d’un papillon —

se détache du sol

profile un envol

et zigzague sans suite

 

les pierres levées méditent

sur la faiblesse des hommes

les gifles du temps

la fièvre en rafales

grêlent sur nos ardeurs

(la défiance s’installe)

notre nature ébranlée

s’écroule   de l’intérieur

 

hautes sont les saisons

elles ignorent l’humain

et hissent les pierres

dans le mystère sans fin

 

le voyageur égaré

cherche des réponses

quelques lignes sympathiques

calquées sur le cercle  chromatique

des destins qui n’ont plus cours

 

Le vol du papillon laisse la rémanence de son image  sur la rétine de toute vie

 

Carmen P.

17 réflexions sur « Douces heures de vivre sur le granit des jours »

  1. Quel beau texte comme tu sais si bien les écrire. J’aime te lire car je trouve chez toi une grande sagesse, une plénitude et je me sens si bien que j’aime me retrouver dans ton domaine.

    Je te souhaite une belle journée

    EvaJoe avec toute son amitié!

    • Merci Eva. Je crois qu’il y a un poème que j’avais écrit avant de partir en Espagne et que je n’ai pas posté (ni sur overblog, ni ici). Je vérifierai.
      Pour l’instant, je vais laisser ce blog en l’état, mais il me faudra rapidement lister les blogs “amis” pour y accéder plus facilement.
      J’ai hâte que ce blog fonctionne bien, je me fatique de fb.
      Amitiés.

    • Bonjour jill bill. J’ai dû déjà vous rencontrer virtuellement, dans différents lieux de passage. Ici, ce sera plus régulier, je l’espère, et je ne manquerai pas de venir vous lire (mais on peut se tutoyer, si vous le voulez bien). Merci d’être passé. Erin

  2. Bonsoir Carmen!!!
    Me voici enfin pour me présenter à toi!!!
    Vraiment désolée de l’avoir fait plus tôt, mais voilà j’étais partie en vacances tout ce mois de juillet. Maintenant je reprends le rythme petit à petit, les vacances continuent encore un peu 😉
    Superbe blog, je suis adepte de poésie, tu peux me retrouver sur “le coin de ma poésie” http://lecoindemapoesie.apln-blog.fr
    Encore un tout grand merci d’avoir adhéré au réseau de l’APLN que notre ami Gibee gère à merveille.
    je te souhaite une douce soirée.
    Domi administratrice de l’APLN mais aussi de l’annuaire pour les Nuls, pour lequel si tu t’inscrits assez vite tu seras le 900ème blog inscrit et pourra bénéficier d’une bannière à l’honneur en page d’accueil 😉
    http://annuairepourlesnuls.fr

    • Bonjour Dominique,
      Je ne suis vraiment pas “au point” ; je ne savais plus comment me connecter sur mon blog et accéder au tableau de bord !
      Je vais venir voir le coin de ta poésie.
      Ce sera un réel bonheur que de lire la poésie de tous les poètes présents sur l’APLN. J’espère que petit à petit se créeront des liens virtuels intéressants et que ma voix poétique saura, elle aussi, murmurer agréablement auprès de chacun.
      Eh oui, je suis arrivée à la 900ème place, sans me presser ! Merci pour la place d’honneur. Qui sera le 1000ème ? Mystère !
      Bonne fin de semaine.
      Carmen (Erin)

  3. Bonsoir Carmen

    Est-ce les saisons qui sont hautes et ignorent l’humain où le contraire qui voudraient dire que l’humain se sent tellement haut qu’il ignorent les saisons qui vivent en lui?
    Je suis un voyageur égaré qui cherche des réponses

    C’est sympa de m’avoir laissé le lien sur ton blog OB, mais je ne peux rien en faire, il faudra sans faute que tu me l’envoies par mail ou que tu me le mettes sur un commentaire dans mon blog.
    Bisous et attendant
    Le Noctamplume

    • La nature est puissante, les saisons aussi… et l’orgueil de l’homme l’est aussi… si l’amour était aussi haut que la vie serait belle !

      Je t’ai envoyé un commentaire en me déconnectant. ça doit-être ok !

      À bientôt cher Noctamplume.

      Erin (j’aime bien ce pseudo que la nature m’a soufflé)

    • Merci d’être passée sur mon blog, Paradisalia. J’ai essayé de laisser un commentaire sur ton blog, mais il a été refusé (il n’acceptait pas mon pseudo). Bonnes vacances !

  4. Bonsoir Carmen

    Je te remercie de ton passage et de tes deux commentaires

    Je ne sais pas ce qui se passe, tu as pourtant respecté mes “consignes”, mais tes liens restent introuvables et je suis obligé d’aller sur ton blog OB et cliquer sur le lien que tu m’as laissé pour venir ici?
    Peut-être y a t-il une lettre en trop ou en moins?
    Je compte te répondre sur tes deux commentaires, mais soit patiente, ça sera dans la semaine, car pour l’instant, je suis débordé
    Je t’embrasse en attendant
    Douce nuit
    Domi t’a fait une belle pub, en plus c’est symbolique une 900ème place, on ne voit que toi sur l’annuaire (rire)
    Le Noctamplume

    • Il va falloir que je recommence, Alain. J’ai dû faire une erreur quelque part !
      Je comprends que tu sois débordé, tu as beaucoup de commentaires, mais prends ton temps, l’essentiel est que l’échange reste un plaisir !
      Oui 🙂 je suis bien tombée, à la 900ème place ! Rien de calculé. Juste le hasard !
      L’ accueil vraiment chaleureux ici, je ne regrette pas d’être venue !
      À bientôt. Erin

Répondre à Erin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *