Elles marchent le soir le long du fleuve “amour”

.

Ilaria, ta jeunesse endormie
que les amants caressent
reste de marbre et la finesse
de ton masque médiéval
garde, solennelle, ta solitude.
Dans l’oubli d’une cathédrale
le sépulcre, vide de présence,
devient le miroir des couples
en désespoir de vie à choyer.
Les femmes en robes grises
confient leurs maux stériles
à l’œuvre qui a révélé ta grâce,
mais les mots lumière seul le vent
les transporte jusqu’au fleuve Serchio
où des barbares ont dispersé tes reliques.
Les jeunes filles en robes rouges et turquoise
qui marchent le soir sur ces rives où tu règnes
Duchesse, laissent la chair tenir toutes ses promesses.

.
(Ilaria del Carretto de Lucques)

À toutes les Sidonie ou Eugénie ou Joséphine…

imm010_26 (2) - Copie

 

 À toutes les Sidonie ou Eugénie ou Joséphine…

 

Sidonie aimait les enfants, elle ne se privait pas d’amants, pour autant.

Elle est parvenue à soustraire, des jours d’attente et des années d’enfermement,

quelques débris avec lesquels elle s’est bâti un paysage de tendresse

tout en lumières intérieures

 

Les falaises des médisances, repoussées, libéraient l’espace, et les ronces du désaveu

— broussailles noires dans sa chair — enfonçaient leurs échardes qu’elle retirait

de ses dents de louve. Seule elle a hissé, du marécage des malheurs, sa famille —

elle, l’orpheline.

 

La raison en bouclier était sa corne d’abondance, elle cherchait des mots onguents

et rêvait d’une plume fidèle capable de traduire, à cœur, les nœuds de sa vie calleuse.

Sans boussole elle a relié les amers de l’existence, espérant voir surgir la joie de sa vie

défaite, face  à la haine, face à l’envie.

 

Où se cache l’amour quand il n’a plus de lit ?

Dans le filet de l’air qu’un rai de lumière traverse.

Sur une latitude, sidérale, où se croisent les esprits.

 

Erin (Carmen P.)