Prince téméraire 2

1381271566047

 

Résumé : Un jeune homme pauvre a quitté la maison de ses parents en espérant trouver fortune. Après une longue et pénible marche, il arrive devant un château. Le maître des lieux lui ouvre la porte et lui demande ce qu’il vient chercher ici.

— Un gîte et un couvert, Monseigneur. Je suis épuisé d’avoir tant marché depuis des jours ! En échange de votre hospitalité, si vous me le permettez,  je vous servirai tel un domestique et je vous en serai reconnaissant tel un fils.

— Vois-tu, déclara le vieil homme après avoir réfléchi, je pourrais te prendre pour fils, mais il faudrait avant cela que tu te couches sur le ventre et que tu supportes sans broncher que je  t’administre des  coups de bâton. Ensuite, en fonction de ton attitude, il se pourrait que je  répondre favorablement à ta proposition. Le courage dans l’épreuve est la première qualité que j’attends de celui qui souhaite me succéder. Je n’ai pas de fils et j’aurais bien besoin des  services d’une personne de confiance. Acceptes-tu  l’épreuve ? Si tu la refuses  je ne t’ouvrirai pas ma demeure et tu pourras rebrousser chemin.


—  Donnez m’en dix si vous voulez, mais acceptez de me prendre pour fils, répondit le jeune homme.

Il n’avait aucunement le désir d’endurer la souffrance, il acceptait l’idée de se prêter à ce qu’il considérait comme un jeu sadique simplement parce qu’il était en mesure de duper le vieil homme. Il avait remarqué des sacs bourrés de paille, il s’empara de l’un d’eux et  le mit sur son dos. Ainsi protégé il s’étendit sur le sol.

— Es-tu prêt ? interrogea l’aveugle.

—  Oui, répliqua le jeune homme d’une voix déterminée. 

Le vieil homme leva son bâton et le laissa retomber sur sa victime. Le choc fut vigoureux, et retentit en même temps que le cri de douleur qui l’accompagnait.

 — Aïe !

Même geste violent répété.
 

— Aïe, Aïe !

Encore une fois.
 

— Aïe, Aïe, Aïe, vous allez me tuer, ne frappez pas si fort ! Stop ! Trois coups c’est bon, on en reste là.
 
Sur ces paroles le jeune homme se releva, envoya le sac de paille au loin d’un coup de pied. Le vieil homme le prit par les épaules, tâta son dos comme s’il voulait vérifier que ses coups n’avaient occasionné aucune fracture, puis il le serra dans ses bras. Ensuite il lui confia son trousseau de clefs après en avoir ôté deux.
 
—  Ces deux-là me sont réservées. Après le repas, tu pourras commencer à explorer les salles dont je t’ai confié les clés… Tu as de quoi t’occuper et t’émerveiller mon fils !

Piqué par la curiosité, le nouveau protégé s’empressa d’ouvrir  chaque salle dont il avait la  clef. Dans la première il découvrit des objets en argent. La seconde contenait des monticules de pièces d’or. La troisième cachait des coffrets emplis de perles fines. La quatrième était l’écrin géant des rubis. Au fur et à mesure de ses explorations le jeune homme allait d’émerveillements en éblouissements, les portes abritaient des joyaux, tous plus précieux les uns que les autres. Dans la dernière salle dont l’accès lui était autorisé, brillaient des diamants.

Que pouvaient contenir de plus précieux encore les pièces interdites ?

 Il manifesta une joie toute juvénile face à tant d’abondance. Espérant que son enthousiasme allait toucher le vieil homme, il usa de mille stratagèmes pour tenter de convaincre son mystérieux bienfaiteur de lui accorder sa confiance et… les deux clés restantes du trousseau. 

Rien n’y fit. Sous sa barbe le vieil homme souriait. 

—  Plutôt que de me questionner inutilement, va rassembler mes moutons, cela fait si longtemps que je ne les ai pas sortis. Ils ne connaissent plus le goût de l’herbe verte des prés. Tu peux les conduire partout, mais un conseil, évite le vallon des fées. L’herbe y est particulièrement tendre, mais sache que ce ne sont pas des fées que tu y rencontreras mais des sorcières. Elles sont trois et se jouent des hommes, crois moi, je sais de quoi je parle, ces trois folles m’ont arraché la vue. 

Le jeune homme glissa une flûte à sa ceinture, saisit un bâton et alla au bercail où attendait le troupeau. En avançant vers les pâturages le berger se demandait  pourquoi il priverait les brebis de l’herbe la plus tendre. Il était sans crainte, fées ou sorcières ne l’intimidaient pas. N’avait-il pas déjà gagné la confiance d’un vieil homme hargneux qui l’avait  accueilli par des coups de bâton !  Les bêtes, elles, étaient fébriles et affamées, après tant d’années où elles avaient dû se contenter d’herbe sèche.  Elles aspiraient à savourer l’herbe la plus grasse, la plus tendre, la plus abondante et elles s’y dirigeaient spontanément. Les retenir, les conduire dans une autre direction relevait de l’exploit. Jovan n’avait pas envie d’une épreuve de force avec des animaux qui savaient exactement ce qui était bon pour eux. Peste soit des recommandations qui sèment le doute dans les esprits !   

C’est ainsi que les moutons purent s’en donner à cœur joie, aucun ongulé n’éprouva le besoin d’aller chercher fleurette plus douce ailleurs que sur ce vallon lumineux, et le berger, lui, put s’asseoir tranquillement à l’ombre d’un arbre. Il sortit sa flûte et entama un air joyeux.

Attirées par ses notes, trois jeunes sorcières arrivèrent bientôt et elles se mirent à danser, frénétiquement. Après une première danse, elles hélèrent le jeune homme.

— Eh, joli pastoureau, on aimerait jouer avec toi, si les défis ne te font pas peur !

Tu vas jouer de la flûte et nous nous danserons. Si tu tiens le coup plus longtemps que nous, ton désir le plus cher sera exaucé, si c’est nous qui gagnons, tu devras nous céder tes yeux. 

— Je suis d’accord, répondit le berger qui  dans son village n’avait pas d’égal  dans l’art de jouer de la flûte, mais il se garda bien de s’en vanter auprès des  sorcières.

S’ensuivit une folle sarabande ; le garçon jouait, les fées dansaient. Il joua de plus en plus rapidement, les fées suivirent le  rythme… un certain temps, mais danser de plus en plus vite ne tarda pas à les épuiser. Elles en avaient pourtant de l’énergie les diablesses, mais Jovan avait plus de souffle qu’elles n’avaient de pouvoirs !

— Arrêêête…on n’en peut plus ! supplièrent-elles, haletantes. C’est à peine si elles parvenaient à parler.

— Je cesserai de jouer, Mesdames, seulement si vous me rendez la vue à mon père. Vous le connaissez je crois ? 

— Est-ce cela ton désir le plus cher ? demandèrent les sorcières étonnées.

— C’est mon désir et vous n’avez pas à discuter ou  tenter d’en connaître la raison. J’ai relevé le défi. Je l’ai gagné. Vous devez exaucer mon souhait aussi étrange qu’il vous paraisse. 

— En effet, gémirent-elles, alors va près du vieux chêne, tu apercevras une grotte, c’est notre demeure. Ce que tu cherches est sur l’étagère. Tu verras deux oranges. Emporte-les et donne-les à ton père, quand il les aura mangées, il recouvrira la vue. Par contre, en entrant chez nous reste silencieux, n’effraie pas nos enfants, elles risqueraient de prendre peur et le Diable seul sait ce qu’elles pourraient faire.

Le jeune homme n’attendit pas davantage d’explications, il partit aussitôt. En courant, il se précipita vers la grotte. Toujours courant il entra. Il  courait et frappait le sol et criant. Il vit les deux oranges d’or et s’en saisit. Il sortit toujours courant, frappant et  hurlant à pleins poumons. Les enfants des sorcières, réveillées n’eurent même pas le temps de voir qui était entré, elles se mirent à hurler aussi et, prises de panique, sautèrent dans le feu… Un peu plus tard quand les sorcières arrivèrent chez elles, elles retrouvèrent leurs filles  carbonisées… et toutes sorcières qu’elles fussent, elles se tordaient de douleur en gémissant :

— Malédiction, crièrent-elles, nous avons tellement semé la terreur dans la région que le sort nous punit horriblement en retour ! Il ne nous reste plus qu’à fuir cette grotte de malheur !

Toutes trois partirent. En les voyant de loin, on ne reconnaissait plus les fées agiles qui si joliment dansaient. Le chagrin les avait métamorphosées en vieilles femmes que le poids du chagrin courbait. Sans doute marchent- elles encore, car leurs petits pas fatigués n’ont pas pu  les conduire bien loin. D’ailleurs, nulle part sur terre n’existe pour elles, maintenant,  un  lieu où  danser leur soit  possible.

 

à suivre…

Automne en friche

10527821_752594574786259_8554200569181154707_n[peckplayer id= »1″ sound= »http://tisanedethym.fr/wp-content/uploads/2014/10/automne-en-friche.mp3″]

 (Mise en musique et voix de Milady Write)

 

Automne en friche

 

Elle a retourné la terre de ses sentiments

il ne reste plus rien de ses tourments

pas la moindre résurgence n’offre son accroche

à la lumière blanche du jour naissant.

 

Maintenant son jardin est devenu plage

où roule la joie, s’encoquille l’espérance

qu’il suffit de ravir – trésor à collectionner

puis à livrer aux caresses intemporelles.

 

Même à celles du temps gris, celles du temps lourd

du temps à prendre comme il vient, comme il s’en va

comme on détresse ses angoisses, comme on agite

un mouchoir de rêve pour disperser ses larmes.

 

Sur la plage, n’être que roseau sans racine

laisser nos pieds explorer les passions fertiles

les frissons remonter le long de notre tige

– une colonne où file l’énergie, aérienne.

 

Au-delà des nuages elle cueille la lumière

elle danse sur sa parcelle défrichée.

Où qu’elle s’aventure se coule un tapis

de sable blond comme l’or de l’automne.

 

Ne pas croire cette gymnastique facile

les coups de vent viennent amplifier la lame

au fond de laquelle trépide le dé de l’espoir.

Elle danse, simple graminée, sœur des oyats.

 

Erin (Carmen P.)