Quand, « chut ! », les pierres.

 

 

 

 

 

 

Il y eut des jours qui ne furent pas des jours
il y eut des nuits qui ne furent pas des nuits
car les jours s’évanouissaient dans le vide
et la nuit intensifiait leur chute
sacrifiant tout au silence.
.
L’âme, elle-même, louvoyait dans la vase
et les rêves stagnaient sans jamais parvenir
à atteindre le noyau terrestre où l’étoile
de cristal appelait de ses douze bras
la consonance humaine.
.
J’attendais l’algorithme du jour véritable
– la simplicité d’une barque affrétée par le ciel –
mais rien de désirable ne venait calmer
l’arythmie de mon horizon où seul le chant
de la mer – vague solitaire après vague solitaire –
venait accompagner ma solitude.
.
Je ramassais des galets polis à la perfection
ils étaient menus comme les cris que ma respiration
suspendait à la verticale de mes aspirations.
.
Dans ma folie d’écrire
les mots ne lèvent pas cailloux
sur les consciences
tout n’est que mur de feuilles
et l’arbre est caduque – bientôt
il perdra son rideau vert –
peut-être verrons-nous, cet hiver
son œil pâle ouvrir fenêtre ?
.
Chaque feuille du décor
est à saisir telle que branche l’offre
qu’elle soit parfaitement configurée
ou rongée de l’intérieur.
Le crayon de bois est plus tranchant
qu’un canif, il entaille l’écorce de l’âme
pour y graver des initiales…
elles consignent les existences
dans la continuité de la beauté
même si certains jours sont parfois plus sombres que des nuits.
.
Carmen P.
le 26 septembre 2017
(photographie : Jean-Eugène-Auguste Atget)

L’enfant de Syracuse (Vivre à Syracuse)

sans-titre

 

(une séquence de vie, un passage d’une nouvelle… où l’on découvre les pensées du jeune homme – celles qui ont dévié le cours de sa vie)

Avant Hillbrook, bien avant, dans un espace temps qui lui semblait à des années lumières de ces bâtiments clean mais austères, où la clarté ne parvenait pas à effacer les erreurs du passé, et leur fatales sanctions – elle en accentuait même les ombres qui de jour comme de nuit venaient hanter les consciences, saborder le moindre soupçon d’enthousiasme, recouvrir de la cendre de l’apathie toute pensée assez téméraire pour tenter de souffler aux « pensionnaires » une quelconque projection dans leur futur.

Avant Hillbrook il y avait eu Syracuse. 

Syracuse et ses larges avenues où la vie pouvait s’élancer droite, mais où la tentation des déviations en tout genre fut plus forte. Quitter Salina Street pour aller contourner l’hôpital Crouse, avec la sensation d’être un jeune yankee invulnérable, écoutant de la musique underground et glisser sur son skate sans craindre le face à face avec un passant à l’angle de la rue. Seules comptent les figures – Ollie, Shove-it – qu’il pratique avec de plus en plus d’assurance et… la mission quelque peu flippante que lui avaient confiée ses nouveaux potes : piquer au passage le sac de la première vieille femme qu’il rencontrerait. Voilà bien un défi que seuls des jeunes en mal d’émotions fortes et inconscients des risques peuvent prendre. Sa conscience avait bien tenté de lui souffler prudence, mais le désir d’être intégré à un groupe de jeunes de son âge fut plus forte. Plus forte que la notoriété de ses parents, plus forte que ces valeurs que ses géniteurs avaient tenté d’appliquer dans leur vie. Cette vie, leur vie : l’incarnation de la perfection. Leur passion pour leur métier, leur enthousiasme, leur accomplissement et même leur amour qui semblait gagner en profondeur au fil des années, tout cela était trop beau aux yeux de Lucas. Le jeune homme au sortir de l’enfance, entrait dans un âge de discrétion, de questionnement, de choix, d’action. Il préférait garder pour lui ses observations, ses expériences, il lui semblait essentiel de parvenir à prendre, seul, des décisions dans lesquelles ses parents n’avaient pas à glisser un regard, bientôt suivi d’un avis qui lui collerait au mental, lui ôtant tout libre arbitre. La relation avec ses parents avait changé, mais « eux » ne s’en étaient pas encore aperçu. Leur fils restait d’une politesse exemplaire, d’une attention affectueuse  à leur égard qu’ils pensaient naturelle alors que son intérêt pour la journée qu’ils venaient de passer, et auquel ils s’empressaient de répondre, n’était que de façade. Il n’écoutait pas le long compte-rendu qu’ils lui donnaient tout en déchargeant leur voiture, tout en rangeant ici ou là quelque objet qui n’était pas à sa place dans le living. Ses parents étaient des tornades, des américains hyper actifs, cette idée le faisait sourire car combien de couples amis de ses parents, et qui leur ressemblaient beaucoup, se plaignaient d’avoir des enfants hyperactifs qui tous relevaient d’un traitement, alors qu’ils copiaient juste le débit, le survoltage de leurs parents. Mais le rythme de vie était tellement exigeant, la nécessité de maîtriser au mieux le quotidien, la tenue de la maison, qu’ils ne pouvaient nerveusement faire face, en plus, au dynamisme de leurs propres enfants. Les petits humains s’avéraient pousser de façon autrement plus remarquable et épuisante que le faisaient les plantes vertes et les chihuahuas avant que le désir d’enfant ne vienne apporter la touche finale au tableau idéal d’une vie. Lucas avait échappé à cette étiquette, il n’avait pas été nécessaire de l’équilibrer à renfort de ritaline. Enfant calme, observateur, il pouvait passer des heures à jouer avec des petites choses auxquelles il accordait le plus grand intérêt, même les graviers ramassés sur le chemin lui offraient toute la palette de leurs nuances et le comblaient, il éprouvait un vif  plaisir à les classer en fonction de leur dégradé, à les agencer comme il l’aurait fait avec de la mosaïque. S’il ne ramassait pas quelque objet qui captivait son attention, il dessinait et s’il n’avait pas crayons il observait les discussions, les expressions des adultes. Non, vraiment il n’avait jamais causé de problème à ses parents qui ne se seraient jamais imaginé que l’année de ses quatorze ans allait contrarier à ce point tout ce qu’ils croyaient savoir de leur fils, anéantir tous leurs espoirs quand au brillant avenir qu’ils avaient prévu pour lui.

Lucas était donc arrivé à l’âge où il ne souhaitait pas que ses parents se penchent trop sur sa vie… et de silence en silence il s’aperçut qu’il avait en fait bien peu de choses à cacher, sa vie était calquée sur celle de ses parents, rien ne pouvait entrer dans le domaine du secret. Il aurait pu vivre dans une tour de verre, il aurait pu montrer à tous son cadre de vie, ouvrir même le livre de ses pensées intimes à tous. Il n’avait rien à dissimuler, rien à construire, tout semblait accompli avant même d’avoir été vécu. Il fallait bien le reconnaître, il était transparent, trop sage, très ordonné et en plus brillant élève.  

La transgression, la fréquentation d’individus de son âge, non surprotégés et non soumis à la camisole médicamenteuse, toutes ces composantes de la vraie vie avec du rythme, des décharges d’adrénaline était-il possible qu’elles fassent partie de son quotidien ? Pas dans son quartier en tout cas, ni dans son établissement, il lui avait fallu aller au devant d’elles et il les avait trouvées. On trouve toujours ce qu’on cherche, la vie répond à nos attentes les plus ardentes. La moindre pensée sait faire son nid dans le limon du cœur et si on l’entretient, jour après jour, il en éclot le bien ou le mal que nous avons couvé. Le mal étant le bien que nous avons appelé et par lequel il nous faut passer.

(à suivre)

Carmen P.