Quand, « chut ! », les pierres.

 

 

 

 

 

 

Il y eut des jours qui ne furent pas des jours
il y eut des nuits qui ne furent pas des nuits
car les jours s’évanouissaient dans le vide
et la nuit intensifiait leur chute
sacrifiant tout au silence.
.
L’âme, elle-même, louvoyait dans la vase
et les rêves stagnaient sans jamais parvenir
à atteindre le noyau terrestre où l’étoile
de cristal appelait de ses douze bras
la consonance humaine.
.
J’attendais l’algorithme du jour véritable
– la simplicité d’une barque affrétée par le ciel –
mais rien de désirable ne venait calmer
l’arythmie de mon horizon où seul le chant
de la mer – vague solitaire après vague solitaire –
venait accompagner ma solitude.
.
Je ramassais des galets polis à la perfection
ils étaient menus comme les cris que ma respiration
suspendait à la verticale de mes aspirations.
.
Dans ma folie d’écrire
les mots ne lèvent pas cailloux
sur les consciences
tout n’est que mur de feuilles
et l’arbre est caduque – bientôt
il perdra son rideau vert –
peut-être verrons-nous, cet hiver
son œil pâle ouvrir fenêtre ?
.
Chaque feuille du décor
est à saisir telle que branche l’offre
qu’elle soit parfaitement configurée
ou rongée de l’intérieur.
Le crayon de bois est plus tranchant
qu’un canif, il entaille l’écorce de l’âme
pour y graver des initiales…
elles consignent les existences
dans la continuité de la beauté
même si certains jours sont parfois plus sombres que des nuits.
.
Carmen P.
le 26 septembre 2017
(photographie : Jean-Eugène-Auguste Atget)

Quelques instants

photo : Lizzy Gadd

photo : Lizzy Gadd

Les instants se succèdent, impriment leurs sensations sur le tableau de nos mémoires. Voici quelques impressions, un peu en vrac, beaucoup en liesse, toujours cueillies au plus près d’un frisson buissonnant de poésie.

Le conscient endormi

repousse l’inconscient

– il trouble son sommeil –

Le monde des songes

ne s’ouvre qu’aux anges.

Se laisser porter par le fauve du jour. S’abandonner quand rien ne paraît vraiment nécessaire. Laisser à l’intérieur tous ces poèmes étalés comme autant de jupons inutiles. Fanfreluches jaunies sur lesquelles la poudre azurante n’opère plus aucun miracle, d’ailleurs leur  dentelle ne découpe que la grisaille. Passer du froid à la douceur presque printanière ramollit la terre… chaussons nos sabots et privilégions  la nature, préférons la boue des chemins à ces mots qui ne se tissent que dans le mental.

Les édifices que les saisons assaillent
désolent ma vision des ordonnances humaines
mais lorsque la marée se charge d’une épave
elle ponce la coque autant que mes humeurs
dans l’ensablement méthodique de l’œuvre vive

Et si la poésie n’était que l’enfance d’un regard
effleurant le fond de l’insondable qu »elle désire
après une lente gestation de la pensée ?

J’ai temps chaviré
les saisons du corps
J’ai temps décillé
les cimes du ciel
que l’espace se défait
de sa brume de chanvre
et m’envoile de ses brins
aux penchants dits sauvages

 

(impressions à la pointe du Grouin)

La vague bondit
aux genoux de la falaise
elle reste de pierre

L’eau coeur que le vent enfle
jamais n’atteindra sa face

(Envie de douce harmonie)

Rien de plus précieux
que les instants faits mains
à suspendre au bouton de la porte
avant d’ouvrir – grand – la maisonnée
au vent fleuri du dehors embrassé

 

Carmen P.

 

Icare ou presque

10271636_690260131035298_5205650585389334941_n

 

Un nuage comme un îlot

dans l’océan du ciel, c’est bateau !

Le cœur comme un marteau

lâche ses illusions et tombe, c’est la vie !

Grave est la chute de celui que l’amour a grillé dans le bleu

 

Une tristesse pure

sur l’asphalte

d’un rêve renversé

 

Une île pour tout bagage

des suppliques salées pour tout rivage

un peu de plancton pour nourrir le naufrage

 

Je suis un coquillage d’écume

que le bruit de la mer traverse

 

L’entends-tu 

dans cette fuite moutonneuse

que des lambeaux d’azur suspendent

au baldaquin d’un ciel vorace ?

 

Une ivresse brute

sur l’asphodèle

d’une nuit marine

 

Un peu de romance jetée sur le granit des jours

D’un saut rattraper le fil rompu la veille

et tisser une dentelle nouvelle

 

Le canevas danse comme algue

chahutée par les caprices de la houle

 

Il n’y a pas de nuit

pour laquelle la lumière

ne désire étirer sa longe

elle ira au plus sombre éclairer requiem

 

Une promesse vague

sur la voilure

des dérives ouvertes

 

au vent clair des lendemains

 

Erin (Carmen P.)

Balades de mars

 

220px-Pinus_benthamiana_cone

 

mercredi 5 mars à Pléchatel

 

crépitements bleus
les pins dans le ciel de mars
éclatent leurs cônes

 

des écailles ouvertes

s’échappent les graines ailées

pinsons en raffolent

 

les chenilles hors de leur nid

sur le chemin processionnent

 

 

 

IMG_5929 - Copie

 

dimanche 9 mars sur la Côte Sauvage

 

nimbée d’arcs-en-ciel

la vague en galop d’écume

assaille la roche

 

les flancs des mouettes

saturés d’émeraude

frôlent l’abîme

 

des boules comme neige

d’eau et d’air furibondes

roulent sur la plage

 

les barrières couchent leurs ombres

sur le sentier où je marche

cheveux au vent

 

Carmen P. (Erin)